Ecoutez Radio Sputnik
    Le ministère russe des Affaires étrangères à Moscou

    Moscou révèle ce que les sanctions occidentales lui ont fait comprendre

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    International
    URL courte
    471644

    Avec l'introduction des sanctions occidentales, la Russie a réalisé qu'il ne fallait pas compter sur les technologies et les marchandises étrangères, celles-ci pouvant être interdites à n'importe quel moment, a déclaré à la chaîne britannique Channel 4 le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

    Les sanctions décrétées par l'Occident contre la Russie ont fait comprendre au pays qu'il était préférable de se passer de technologies et d'articles étrangers, vu que l'accès peut y être coupé n'importe quand, a affirmé dans une interview à la chaîne britannique Channel 4 le chef de la diplomatie russe.

    «Il est évident que nous ne nous opposons pas à ce que les sanctions soient levées. Mais nous pouvons également profiter de la situation pour développer nos propres capacités dans les principaux secteurs de l'économie, la sécurité nationale et les autres domaines qui constituent les piliers d'un État souverain», a-t-il indiqué.

    Ces dernières années, Moscou a clairement réalisé que «dans ces domaines, il est impossible de compter sur l'Occident», a souligné Sergueï Lavrov.

    «Il est impossible de compter sur les technologies occidentales, car leur utilisation peut être suspendue à tout moment. Il est impossible de compter sur les articles de consommation courante pour la population arrivant de l'Occident, car leurs livraisons risquent d'être interrompues n'importe quand», a-t-il constaté, ajoutant que Moscou avait tiré «nombre de leçons» de son expérience des sanctions.

    «Cependant, nous ne nous opposerons pas à la levée des sanctions et, dans ce cas-là, nous répondrons de manière symétrique et nous annulerons notre embargo adopté en réaction aux sanctions occidentales», a poursuivi Sergueï Lavrov.

    Répondant à la question de savoir si la Russie avait l'intention de s'entendre avec Donald Trump sur la levée des sanctions, Sergueï Lavrov a déclaré que Moscou ne soulevait pas «la question des sanctions pour demander de les annuler». Selon lui, la décision doit être prise par ceux qui ont décrété les sanctions.

    «Ce sont eux qui doivent voir ce qu'ils veulent: faire durer la situation actuelle ou faire triompher le bon sens», a-t-il noté pour conclure.

    Ce vendredi 29 juin, les pays de l'Union européenne ont décidé de reconduire pour six mois les sanctions économiques contre la Russie.

    L'UE, les États-Unis et plusieurs autres pays ont imposé des mesures restrictives contre Moscou en 2014, suite au rattachement de la Crimée à la Russie, puis au conflit dans le sud-est de l'Ukraine. En réponse, la Russie a imposé une interdiction sur les importations alimentaires de la plupart des pays qui ont soutenu ces sanctions.

    Lire aussi:

    Ministre italien: Rome sera «l’une des premières voix» contre les sanctions antirusses
    Sanctions antirusses: un véto de Trump en vue d’un autre durcissement?
    Le milieu d'affaires US en Russie ne ressent pas l'effet des sanctions antirusses
    Tags:
    sanctions antirusses, leçons, technologies, Union européenne (UE), Donald Trump, Sergueï Lavrov, Occident, Crimée, Moscou, Ukraine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik