Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Téhéran convoque l'ambassadeur des Pays-Bas après l'expulsion de ses diplomates

    © AP Photo / Vahid Salemi
    International
    URL courte
    4322

    En réaction à l'expulsion de deux de ses diplomates en poste aux Pays-Bas, l'Iran a convoqué l'ambassadeur néerlandais pour dénoncer une démarche «inamicale et non constructive».

    Les autorités de la République islamique ont convoqué l'ambassadeur des Pays-Bas à Téhéran suite à l'expulsion de deux diplomates en poste dans le pays européen, a annoncé samedi le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Bahram Qassemi.

    Précédemment, les médias occidentaux se référant à des sources proches du dossier avaient fait état de l'expulsion de deux diplomates iraniens des Pays-Bas. Selon M.Qassemi cité par l'agence Irna, il s'agit d'une démarche «inamicale et non constructive» susceptible d'entraîner des mesures de réciprocité.

    «Au lieu d'expulser des diplomates iraniens, le gouvernement néerlandais ferait mieux d'expliquer pourquoi il héberge des membres d'une organisation terroriste», a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne, en évoquant l'Organisation des moudjahidines du peuple iranien (OMPI), liée au Conseil national de la résistance iranienne basé à Paris.

    L'Organisation des moudjahiddines, également connue sous le nom persan de Mojahedin-e Khalq-e, a été à l'époque considérée comme terroriste par les États-Unis et l'UE, mais ne l'est plus.

    Lire aussi:

    Deux CRS retrouvés morts en France en quelques heures
    Un avion militaire libyen armé de missiles air-sol viole l’espace aérien tunisien et atterrit en urgence – images
    «Je ne veux pas tuer 10 millions de personnes»: Trump dit qu'il pourrait gagner la guerre en Afghanistan en une semaine
    Tags:
    ambassadeur, diplomates, expulsions, Organisation des moudjahidines du peuple iranien (OMPI), Conseil national de la résistance iranienne, Bahram Qassemi, Iran, Pays-Bas
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik