Ecoutez Radio Sputnik
    Amesbury

    La Défense UK rend la Russie responsable du décès de la femme intoxiquée à Amesbury

    © REUTERS / Henry Nicholls
    International
    URL courte
    20155

    Fidèle à la tradition établie pendant l'affaire de Salisbury, le ministre britannique de la Défense accuse aujourd'hui la Russie de la mort du sujet britannique Dawn Sturgess, intoxiquée à Amesbury et décédée dimanche à l’hôpital.

    Le secrétaire britannique à la Défense, Gavin Williamson, rejette la responsabilité de la mort de la femme intoxiquée à Amesbury sur la Russie, bien qu'auparavant le spécialiste en contre-terrorisme Neil Basu n'a pas pu confirmer le lien entre les substances à l'origine des empoisonnements à Salisbury et Amesbury.

    «La réalité est tout simplement que c'est la Russie qui a commis une attaque sur le sol britannique qui a eu pour conséquence la mort d'un sujet britannique», a-t-il déclaré, interrogé au Parlement au sujet du danger auquel le peuple britannique peut être exposé.

    Auparavant, M.Williamson n'avait pas hésité à affirmer qu'«il n'avait aucun doute» que l'attaque perpétrée à l'encontre de Sergueï et Ioulia Skripal provenait «de Russie».

    Dawn Sturgess, 44 ans, et Charlie Rowley, 45 ans, ont été retrouvés inconscients samedi 30 juin dans une habitation dans la ville d'Amesbury, située à une dizaine de kilomètres de Salisbury. Dimanche soir, la police locale a annoncé la mort de la femme alors que l'homme se trouvait toujours dans un état critique.

    Malgré l'annonce faite par la police que le couple d'Amesbury hospitalisé à Salisbury présenterait des «symptômes similaires» à ceux de l'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille, les autorités britanniques n'y voient aucun lien, d'après le ministre de la Sécurité britannique Ben Wallace. Les deux incidents ont eu lieu non loin du laboratoire secret de Porton Down relevant du ministère britannique de la Défense.

    Amesbury est une ville voisine de Salisbury, où, le 4 mars dernier, l'ex-agent double Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière leur empoisonnement. La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Sergueï Skripal et sa fille ont quitté l'hôpital.

    Lire aussi:

    L’homme empoisonné par un agent innervant à Amesbury a repris conscience
    UK: la police dit avoir trouvé une petite bouteille de l’agent innervant «Novitchok»
    Moscou: la vérification de la substance d'Amesbury non conforme à la CIAC
    Tags:
    accusations, responsabilité, empoisonnement, Charlie Rowley, Dawn Sturgess, Gavin Williamson, Royaume-Uni, Russie, Amesbury
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik