Ecoutez Radio Sputnik
    Sanctions

    Les sanctions US sont-elles contre-productives sur le long terme?

    © Fotolia / Alexkich
    International
    URL courte
    Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)
    180

    L’administration Trump n’est pas avare en sanctions: la Russie, l’Iran, la Turquie sont actuellement dans le viseur. Cependant, selon le journal allemand Handelsblatt, de telles mesures n’atteignent souvent pas leur objectif et deviennent même contreproductives sur le long terme.

    Les sanctions économiques imposées par les autorités américaines sont inefficaces sur le long terme, écrit le journal allemand Handelsblatt.

    Selon l'auteur de l'article, ce n'est que dans la première année de la présidence de Donald Trump que les États-Unis ont imposé des mesures restrictives à plus de 700 personnes, organisations gouvernementales et entreprises. En conséquence, des pays tels que la Russie, le Venezuela et l'Iran ont perdu l'accès au marché et au capital américains, tandis que les États-Unis utilisent la position dominante de leur monnaie nationale.

    Cependant, de telles actions de l'administration américaine n'atteignent souvent pas leur objectif dans le court terme et n'ont aucun effet, et, comme le souligne l'auteur de l'article, elles deviennent contreproductives sur le long terme.

    Selon Handelsblatt, les autorités iraniennes ne font que bénéficier de ces conflits avec les États-Unis, tout comme la Russie et le Venezuela. Le journal souligne que le Président turc Recep Tayyip Erdogan ne perd pas de popularité auprès de la population sur fond des tensions avec Donald Trump.

    C'est le principal problème d'une telle politique des États-Unis, écrit le journal. Les sanctions visant à influencer les dirigeants de chaque pays forcent les gouvernements de ces États à défendre plus systématiquement leur position actuelle et à se présenter comme des victimes d'agressions.

    Washington a annoncé le 8 août mercredi l'imposition de nouvelles sanctions contre Moscou en raison de l'utilisation présumée par la Russie d'armes chimiques dans la ville britannique de Salisbury. Le ministère russe des Affaires étrangères a qualifié les projets de la Maison-Blanche d'introduire de nouvelles sanctions de «collusion entre les États-Unis et le Royaume-Uni» et a promis une réponse symétrique de la part de Moscou.

    Les États-Unis ont mis en place des sanctions contre les ministres turcs de la Justice, Abdulhamit Gül, et de l'Intérieur, Süleyman Soylu, en réaction à la détention en Turquie du pasteur évangéliste américain Andrew Brunson, en prison depuis 21 mois. Le pasteur a été arrêté pour suspicion de collaboration avec le mouvement Gülen (FETO). La justice turque l'accuse d'être impliqué dans le coup d'État raté du 15 juillet 2016. En 2017, lors d'une rencontre avec le Président turc, Donald Trump lui avait demandé de faire libérer le pasteur américain. M.Erdogan a, quant à lui, proposé d'échanger le prédicateur Fethullah Gülen, qui vit en exil sur le territoire américain, contre Andrew Brunson.

    Le poids lourd des sanctions
    © Sputnik .
    Le poids lourd des sanctions
    Dossier:
    Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)

    Lire aussi:

    Ankara promet de riposter aux sanctions américaines
    Les USA adoptent des sanctions contre les ministres turcs de la Justice et de l'Intérieur
    Présidence turque: Washington est à deux doigts de la rupture avec Ankara
    Tags:
    sanctions, Turquie, Iran, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik