International
URL courte
Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)
13962
S'abonner

Suite à la Russie, la Turquie a réduit ses investissements dans la dette publique des États-Unis, ce qui l’a fait sortir en juin de la liste des principaux détenteurs de titres du Trésor américain, d’après les données du département du Trésor des États-Unis.

Les statistiques du mois de juin du département du Trésor des États-Unis révèlent que la Turquie ne fait plus partie de la liste des plus gros détenteurs de dette publique américaine, en ayant réduit ses investissements dans la dette publique US.

Ainsi, en juin les investissements d'Ankara dans la dette publique des États-Unis ont diminué à 28,8 milliards de dollars, alors qu'en mai cet indice s'élevait à 32,6 milliards de dollars. 

Depuis novembre 2017, la Turquie a continuellement réduit ses investissements dans les obligations du gouvernement américain, leur volume étant à l'époque de 61,2 milliards de dollars.

La Russie a quitté cette liste au mois de mai lorsqu'elle a fortement réduit ses obligations américaines de 48,7 milliards à 14,9 milliards de dollars. 

La Chine est en tête de la liste, avec des investissements estimés à 1.179 milliards de dollars, ce qui est toutefois de 0,4% plus faible qu'au mois de mai.

Le Japon occupe la deuxième place avec des investissements plus faibles de 1,75% par rapport au mois précédent et estimés actuellement à 1.030 milliards de dollars.

Le Brésil est le troisième détenteur le plus important de dette nationale américaine, ses investissements s'élevant à 300,1 milliards de dollars.

Dossier:
Sanctions US contre la Turquie et conséquences internationales (27)

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Christophe Castaner annonce le retrait «immédiat» de la grenade GLI-F4
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
Au moins 19 soldats tués dans une attaque au Mali, selon l'armée
Tags:
dette publique, obligations, dollar US, investissements, Turquie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik