Ecoutez Radio Sputnik
    Lord of the Rings

    Mariage sonnant le glas de l'UE: comment Poutine peut-il défaire l’UE samedi en Autriche?

    CC0 / erik_stein
    International
    URL courte
    La Main du Kremlin
    6223510

    Avez-vous réfléchi un instant aux possibles répercussions de la présence du Président russe au mariage de Karin Kneissl? Si vous ne l'avez pas encore fait, vous avez eu tort... parce qu'on dirait que c'est une opportunité parfaite de torpiller l'UE depuis l'intérieur à l'aide de la principale Main du Kremlin, celle de Vladimir Poutine.

    Le déplacement du Président Vladimir Poutine en Autriche prévu ce samedi pour assister au mariage de la ministre autrichienne des Affaires étrangères Karin Kneissl (parti d'extrême droite FPÖ) ne cesse de semer la panique. Si Vienne a refusé de suivre l'exemple de certaines capitales européennes et d'expulser des diplomates russes après l'empoisonnement de Serguei et Youlia Skripal, tout se met maintenant en place. Invitation anodine à une cérémonie de mariage? Aucun motif caché? Impossible, si la Russie — entendez, la Main du Kremlin — y est impliquée!

    Dans certains cercles politiques autrichiens, la panique est à son comble: on réclame la démission de la ministre qui s'apprête à se marier. Ainsi, les Verts, parti d'opposition, n'ont pas tardé à exiger sa «démission immédiate» parce qu'elle avait invité un être dangereux en la personne du chef de l'État russe qui «est l'adversaire le plus agressif de l'UE en matière de politique étrangère».

    L'eurodéputée SPÖ Evelyn Reger craint à son tour que la visite du Président russe soit une «honte pour l'image de l'Autriche» et «une provocation de dimension européenne».

    Des craintes qui peuvent être d'ailleurs alimentées par des rumeurs circulant dans des médias. La chaîne locale ORF a notamment annoncé que la chef de la diplomatie autrichienne souhaiterait avoir une conversation d'affaires avec Vladimir Poutine en pleine célébration! Les sujets de l'entretien à venir restent, certes, entourés de mystère et aucune rencontre avec les journalistes n'est prévue pour l'instant…

    Petit rappel des derniers événements: l'Autriche ne s'est pas laissée entraîner dans les scandales géopolitiques antirusses. L'un des exemples marquants de sa position est son refus d'imiter la vague d'expulsions de personnel diplomatique russe dans le cadre de l'affaire Skripal. Voilà une attitude amicale suspecte envers Moscou qui existait déjà au printemps, mais personne n'y avait prêté attention.

    Dommage parce qu'on aurait pu prévenir toutes les conséquences catastrophiques de la visite de Vladimir Poutine au mariage (même si elles existent uniquement dans des esprits tourmentés).

    En route vers l'Allemagne, où il rencontrera Angela Merkel, le chef de l'État russe participera ce 18 août à la cérémonie de mariage de la chef de la diplomatie autrichienne, Karin Kneissl. Selon le journal Kronen Zeitung, des agents des forces spéciales autrichiennes Kobra assureront la sécurité de la cérémonie.

    Le mariage se tiendra dans le sud du land de Styrie, dans un village des alentours de Graz. Karin Kneissl, âgée de 53 ans, doit épouser l'homme d'affaires Wolfgang Meilinger.

    Selon la diplomatie autrichienne, le déplacement du Président russe «ne changerait rien au positionnement de l'Autriche en matière de politique étrangère». Le parti FPÖ entretient d'ailleurs des relations de longue date avec le parti anciennement présidé par Vladimir Poutine, Russie unie, et, concrètement, a conclu en 2016 un accord de coopération avec ce parti.

    Lire aussi:

    Les détails de la visite de Poutine aux noces de la ministre autrichienne divulgués
    Poutine obligé de travailler aux noces de la ministre autrichienne des Affaires étrangères
    EN DIRECT Vladimir Poutine en visite en Allemagne
    Tags:
    La Main du Kremlin, La Faute Aux Russes, plan, crainte, menace russe, destruction, opposition, mariage, médias, Parti de la liberté d'Autriche (Freiheitliche Partei Österreichs, FPÖ), Russie unie (parti), Union européenne (UE), Karin Kneissl, Vladimir Poutine, Styrie, Graz, Autriche, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik