Ecoutez Radio Sputnik
    Vladimir Poutine, Angela Merkel

    Trump pousse les partenaires des USA à s'allier avec la Russie

    © Sputnik . Alexey Druzhinin
    International
    URL courte
    6241

    Avec Twitter, les sanctions et les taxes sur les importations, Donald Trump a détérioré les relations avec de nombreux partenaires traditionnels des États-Unis, qui se rapprochent aujourd'hui des concurrents de Washington.

    Face à Trump l'Allemagne a trouvé un terrain d'entente avec la Russie et la Turquie, et ces trois pays se sont rangés du côté de l'Iran. La Chine cherche encore à stopper la guerre commerciale déclenchée par les Américains mais Pékin est, lui aussi, à bout de patience. Ces États formeront-ils bientôt une alliance?

    Une pierre lancée dans le jardin de la Maison Blanche

    Pendant qu'Angela Merkel et Vladimir Poutine évoquaient à Berlin le gazoduc Nord Stream 2, les Américains ne restaient pas les bras croisés: selon le Wall Street Journal, ils ont alors mis au point des sanctions contre les partenaires européens du projet. Outre les compagnies qui participent à la construction du gazoduc, Washington a décidé de punir également les banques impliquées dans son financement.

    Comme par pressentiment, pendant la rencontre avec le chef de l'État russe, la chancelière allemande a souligné que le projet Nord Stream 2 était une question réglée depuis longtemps et qu'il ne fallait pas y chercher de la politique. Vladimir Poutine a marqué son accord. La position commune sur le gazoduc a été la première pierre germano-russe lancée dans le jardin des Américains.

    La seconde a été lancée quand Poutine et Merkel ont exprimé leur «préoccupation commune» vis-à-vis de la guerre commerciale déclenchée par les USA, dont Ankara est devenu la nouvelle victime il y a deux semaines. L'augmentation des taxes sur l'acier et l'aluminium turcs ont fait effondrer la livre. Pour rassurer le marché, les autorités turques ont entrepris des mesures anticrise extrêmes. Et Recep Tayyip Erdogan a annoncé un virage géopolitique de la Turquie vers de nouveaux partenaires, en tournant le dos aux USA.

    Les dirigeants de la Russie et de l'Allemagne se sont également prononcés contre la sortie unilatérale des USA de l'accord sur le programme nucléaire iranien, se disant «disposés à remplir les conditions de cet accord».

    Donald Trump, unificateur malgré lui

    La position consolidée de Moscou et de Berlin sur plusieurs questions a provoqué une vague de débats en Occident. Certains journalistes et experts européens ont parlé de la formation d'un nouvel axe géopolitique auquel la Turquie, l'Iran et la Chine pourraient se joindre. Tous ces pays sont unis par leurs relations détériorées avec les États-Unis.

    «L'opposition à l'imprévisibilité de Trump est le point sur lequel les positions de Moscou et de Berlin ont coïncidé. Mais l'ordre du jour des intérêts communs et croisés est plus large», explique Andreï Deviatkov de l'Institut d'économie affilié à l'Académie des sciences de Russie, qui précise que cette démonstration d'unité politico-diplomatique n'était pas une raison suffisante pour parler d'un «axe».

    Confirmant que la communauté des intérêts de la Russie et de l'Allemagne était plus large que le seul agenda anti-américain, l'expert a évoqué le transit du gaz russe via l'Ukraine, sur le maintien duquel insiste l'UE.

    C'est également bénéfique pour l'Autriche, le partenaire le plus proche de la Russie en Europe: le transit ukrainien permet d'acheminer chaque année jusqu'à 30 milliards de mètres cubes de gaz vers le hub gazier autrichien de Baumgarten. Andreï Deviatkov suppose que ce thème était prioritaire pendant l'entretien de Vladimir Poutine avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz, qui s'est tenu après le mariage de la ministre autrichienne des Affaires étrangères.

    Un terrain d'entente avec le régime des ayatollahs

    Dans la sphère des intérêts germano-russes, on retrouve également la situation en Syrie — sujet sur lequel la Russie a longtemps tenté de coordonner ses actions avec les USA. Depuis la libération de la majeure partie du territoire syrien des terroristes de Daech se pose la question du retour des réfugiés dans leur foyer. Mais, avant cela, il faut reconstruire l'infrastructure dans ce pays dévasté par la guerre.

    En juillet déjà, le président russe appelait la communauté internationale à apporter une aide humanitaire à la Syrie, ce qui aurait notamment permis de réduire la charge migratoire pesant sur l'Europe. Donald Trump a réagi en disant que ce n'étaient pas les USA qui devaient payer pour la reconstruction de la Syrie, mais d'«autres pays riches». L'UE a également exprimé son scepticisme concernant la proposition du Président russe. Cependant, le fait que ce point figure à l'ordre du jour du sommet germano-russe pourrait indiquer un changement côté européen.

    «Le problème politique national clé de Merkel, les réfugiés, est lié au processus de paix syrien. L'Allemagne et la Russie souhaitent la tenue d'élections en Syrie et la garantie des conditions socioéconomiques nécessaires pour la renaissance du pays», déclare Andreï Deviatkov.

    Le dialogue germano-russe pour le rétablissement de la Syrie a été soutenu par Téhéran. L'experte de l'Iran Ioulia Svechnikova l'explique par la volonté de Téhéran de maintenir sa présence en Syrie après le conflit. «L'Iran a investi beaucoup d'efforts et de moyens dans ce pays. Mais c'est la profonde implication de Téhéran dans le conflit syrien qui bloque l'aide européenne», analyse-t-elle.

    Les possibilités d'influence de Téhéran sur la situation en Syrie sont limitées par le rétablissement des sanctions américaines. L'experte doute de l'aptitude du régime iranien à proposer quelque chose de concret pour le rétablissement de la république. «L'Iran voudrait tirer un maximum de profit des différends entre les USA, l'Europe, la Turquie, la Russie et la Chine, mais ce sont des coups tactiques.»

    La spécialiste doute qu'un axe géopolitique réunissant les pays qui sont confrontés aux sanctions ou aux taxes élevées des USA puisse faire son apparition. «Tous les participants à cette alliance supposée sont des pragmatiques qui agissent en fonction de la situation et de leurs intérêts diversifiés.»

    Pékin et Ankara ont leurs propres intérêts

    L'agenda des pourparlers germano-russes a été approuvé par la Turquie. Après l'aggravation de ses relations avec Washington, Ankara soutient par tous les moyens les rivaux des USA. «La Turquie a refusé de décréter des sanctions contre la Russie et l'Iran: ces derniers fournissent la majeure partie du pétrole et du gaz du marché turc, et les sanctions menacent donc la sécurité énergétique du pays», déclare Timour Akhmetov, expert du Conseil russe pour les affaires internationales, qui vit à Ankara.

    Vladimir Avatkov, directeur du Centre d'études orientales, rappelle qu'en matière d'énergie la Russie et la Turquie sont également liées par le gazoduc Blue Stream et la centrale nucléaire d'Akkuyu en construction. «Ankara mène une politique plus indépendante de Washington, ce qui est plus confortable pour Moscou. Il est toujours plus simple de comprendre un partenaire quand il n'y a pas d'autres puissances derrière», précise l'expert.

    Cependant, les spécialistes interrogés par Sputnik doutent que la Turquie abandonne entièrement l'Occident au profit d'autres partenaires. Ankara continuera plutôt de chercher un équilibre dans les relations avec les USA en se rapprochant de l'Europe, de la Russie et de la Chine. Quant aux intérêts de la Turquie à créer un axe antiaméricain, tout dépend des circonstances. «Les USA dominent l'économie mondiale. Cela pousse la Turquie à oublier les anciennes rancunes», poursuit Vladimir Avatkov.

    La Chine manifeste également un intérêt situationnel pour la formation d'un axe antiaméricain. Bien que Pékin soit l'un des premiers à être touché par la hausse des taxes douanières, les Chinois cherchent à s'entendre avec la Maison Blanche. Alexandre Gabouev, directeur du programme «La Russie en Asie-Pacifique» du Centre Carnegie de Moscou, s'interroge: même en supposant qu'une amitié contre les USA puisse apporter quelque chose, quel serait l'agenda commun des pays formant cette alliance? «En réalité tout le monde essaiera de rétablir les relations avec Washington», conclut l'expert. Reste à savoir quand et sous quelles conditions.

    Quand Trump pousse les partenaires des USA à s'allier avec la Russie
    © Sputnik .
    Quand Trump pousse les partenaires des USA à s'allier avec la Russie

    Lire aussi:

    Pékin a trouvé le talon d'Achille des USA
    Kiev ne doit plus compter sur un puissant soutien à Washington
    Trump contre tous: qui soutiendra l'Iran?
    Tags:
    partenaire, guerre commerciale, alliance, rapprochement, Nord Stream 2 AG, Angela Merkel, Vladimir Poutine, Turquie, Chine, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik