Ecoutez Radio Sputnik
    Le roi Salman

    L’Arabie saoudite n’exclut pas la possibilité d’une opération militaire contre l’Iran

    © AP Photo / Saudi Press Agency
    International
    URL courte
    8322116

    Le Conseil de sécurité de l’Onu pourrait organiser une opération militaire contre l’Iran si ce dernier fermait le détroit d’Ormuz, a annoncé le conseiller du ministre de l’Énergie de l’Arabie saoudite. Riyad estime que Téhéran n’a pas le droit de bloquer l’entrée dans le golfe Persique.

    Riyad peut lancer une opération militaire contre l'Iran si ce dernier bloque le détroit d'Ormuz, a déclaré Ibrahim Al-Muhanna, conseiller du ministre de l'Énergie de l'Arabie saoudite, cité par la chaîne saoudienne Al Arabiya.

    Il estime que l'Iran n'a pas le droit de fermer l'entrée dans le golfe Persique puisqu'il ne contrôle que la côte nord du détroit d'Ormuz. C'est pourquoi si Téhéran le fait, le Conseil de sécurité de l'Onu peut autoriser une opération militaire à son encontre.

    Lundi, Alireza Tangsiri, commandant des forces maritimes des gardiens de la Révolution iranienne, cité par l'agence de presse nationale Tasnim, a déclaré que l'Iran contrôlait totalement l'accès au Golfe et le détroit d'Ormuz.

    Fin juillet le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a soutenu la proposition avancée par le Président Hassan Rohani de fermer le détroit d'Ormuz aux exportateurs de pétrole que sont l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, l'Irak, le Koweït et le Qatar si l'exportation du pétrole iranien était entravée.

    Le détroit d'Ormuz est une route commerciale vitale: 20% du pétrole brut mondial passent par la voie navigable, qui ne mesure que 29 milles marins de largeur à son point le plus étroit.

    Lire aussi:

    Les USA poussent-ils l’Iran à bloquer le détroit d’Ormuz?
    Que se passerait-il si l'Iran bloquait le détroit d'Ormuz?
    La marine iranienne renforce sa présence dans le détroit d’Ormuz
    Tags:
    opération militaire, pétrole, Conseil de sécurité de l'Onu, Hassan Rohani, ayatollah Ali Khamenei, Détroit d'Ormuz, Golfe persique, Arabie Saoudite, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik