Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump

    WikiLeaks révèle qui pourrait être derrière la tribune anonyme contre Trump

    © AP Photo / Alex Brandon
    International
    URL courte
    9191

    WikiLeaks a mené une analyse linguistique de la tribune anonyme d'un haut responsable de l'administration Trump, qui explique pourquoi et comment il s'efforce, avec d'autres, de lutter de l'intérieur contre les «pires penchants» du locataire de la Maison-Blanche. Le site a dressé le profil psychologique de son auteur.

    Dans un climat de suspicion à la Maison-Blanche, Donald Trump a appelé jeudi soir le New York Times à révéler le nom du «lâche» qui a rédigé la tribune anonyme dénonçant son comportement erratique.

    Or, Wikileaks a pris au sérieux l'appel du Président américain et a mené une analyse linguistique du texte.

    «D'après notre analyse statistique du langage utilisé dans la tribune anonyme publié par The New York Times, l'auteur est susceptible d'être une personne âgée (58%), conservatrice (92%) du sexe masculin (entre 66 et 87%)», a twitté le site lanceur d'alerte, tout en conseillant à l'auteur d'étudier plus assidûment la stylométrie et le profilage médico-légal.

    La publication très controversée de ce témoignage anonyme, intervenue au lendemain de la diffusion d'extraits d'un livre explosif du journaliste d'investigation Bob Woodward, suscitait une myriade de questions à Washington et au-delà.

    La formulation utilisée par le New York Times, «haut responsable de l'administration Trump», est suffisamment large pour laisser libre cours à toutes les interprétations et permettre à chacun de dresser sa liste, jusqu'aux hypothèses les plus farfelues.

    Fait rare, la Première dame Melania a donné de la voix, dénonçant avec force, dans une réponse écrite à CNN, l'anonymat derrière lequel l'auteur de ce témoignage s'est réfugié. «Vous ne protégez pas ce pays, vous le sabotez par vos actes lâches», a-t-elle lancé à l'adresse de ce dernier.

    Cependant, le bureau du vice-président s'est senti tenu de publier un communiqué assenant que Mike Pence était blanc comme neige dans cette affaire.

    «Le vice-président signe les tribunes qu'il écrit», a souligné sur Twitter son porte-parole. «The New York Times devrait avoir honte, tout comme la personne qui a écrit cette tribune fausse, absurde et lâche», a-t-il ajouté, assurant que l'équipe de M. Pence était «au-dessus de telles manœuvres».

    Lire aussi:

    Donald Trump prédit quand deux principaux journaux US feront faillite
    Hillary Clinton était de mèche avec des médias US, affirme WikiLeaks
    Julian Assange: «Je suis sûr que Trump a ses secrets»
    Tags:
    WikiLeaks, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik