Ecoutez Radio Sputnik
    Modèle d'un chasseur multirôle Rafale

    François Hollande, l’anti-VRP de l’industrie militaire française

    © AFP 2018 CHANDAN KHANNA
    International
    URL courte
    Maxime Perrotin
    24217

    Le Premier ministre indien va-t-il devoir démissionner et le contrat des Rafale, signé avec New-Dehli, annulé suite à une interview de François Hollande à Mediapart? En voulant défendre Julie Gayet, dont un film a été en partie financé par un conglomérat indien partenaire de Dassault, l’ex-Président a contredit la version officielle indienne.

    La vente de 36 avions Rafale à l'Inde, finalisée en 2016, pourrait-elle capoter pour une histoire sentimentale… et présidentielle? C'est en tout cas la tournure que prennent les évènements à New Delhi, au grand dam de Paris, après une interview de François Hollande accordée à Médiapart et publiée le 21 septembre.

    Un entretien où l'ex-locataire de l'Élysée contredit la version officielle des autorités indiennes dans l'origine du choix de l'indien Reliance Defence Limited comme partenaire de Dassault Aviation. Cette alliance a été nouée dans le cadre de la vente de 36 Rafale à New Delhi et ses conditions d'attribution font déjà figure de «scandale d'État» en Inde: les révélations de Médiapart interviennent au lendemain de la saisie par les députés d'opposition de la Cour des comptes indienne (Comptroller and Auditor General of India) afin d'enquêter sur des soupçons de favoritisme dans ce contrat.

    Des propos de François Hollande qui font les choux gras de la télévision indienne et de l'opposition qui, depuis, réclame tout bonnement la démission de Premier ministre Narendra Modi.

    Le chef du gouvernement indien est mis en cause pour avoir choisi la filiale du conglomérat privé, Reliance, détenu par Anil Ambani, présumé proche du Premier ministre, au détriment d'Hindustan Aeronautics Limited (HAL), un groupe d'armement public par ailleurs jugé plus expérimenté en matière d'aéronautique et qui avait été choisi par le précédent gouvernement, alors que le contrat portait encore sur l'acquisition de 126 appareils de l'avionneur français.
    Les autorités indiennes affirment pour leur défense que c'est Dassault qui a sélectionné Reliance.

    Autre point d'accroche, les détails de cet accord (jugé trop cher, sans transfert de technologie) et dont les compensations industrielles (offsets) n'ont pas été communiquées au Parlement.

    Un faisceau d'éléments qui positionnait déjà dans une position délicate tant Narendra Modi que Dassault Aviation.

    C'était sans compter sur l'intervention de François Hollande qui, en réaction à de récentes révélations de la presse indienne, pourrait faire figure de coup de grâce pour le juteux contrat.

    En effet, fin août le quotidien The Indian Express mettait à jour une étonnante coïncidence: le fait que le conglomérat Reliance se soit également porté au secours du film français Tout la Haut, dont la productrice n'est autre que Julie Gayet, compagne de François Hollande. Un coup de pouce financier qui s'évaluerait à hauteur de 10% (selon Julie Gayet, 16% selon Médiapart) des 10 millions d'euros du budget du film.

    Un financement de Reliance dont la trace ne fut pas des plus évidentes à retrouver, comme le souligne Médiapart, les fonds ayant été versés via un fonds d'investissement, Visvires Capital, implanté à Paris et Singapour. Plus visible en revanche pour The Indian Express, le fait que le communiqué de Reliance annonçant un «partenariat franco-indien unique» avec les productrices Julie Gayet, de Rouge International, et Élisa Soussan, de My Family, gérante des films de Kev Adams, en date du 24 janvier 2016. Soit le jour même de l'arrivée de François Hollande à New Delhi pour une visite d'État et la veille de l'annonce d'un accord de principe entre les deux Présidents concernant la fameuse vente des Rafale.

    Tout aurait pu en rester-là, sauf que si Dassault a indiqué à Mediapart qu'il ne ferait «aucun commentaire» sur l'affaire en général, ou encore que Reliance a refusé de répondre aux questions de The Indian Express concernant Tout la Haut, cela n'a pas été le cas de François Hollande, qui a accepté de répondre aux journalistes. Dans son interview au journal en ligne, l'ancien locataire de l'Élysée assure que «c'est le gouvernement Indien qui a proposé ce groupe de service et Dassault qui a négocié avec Ambani».

    François Hollande qui assure par ailleurs à nos confrères qu'il n'était «pas du tout informé» du partenariat entre Reliance et Rouge International et qu'il «ignorait tout» de l'entreprise d'Ambani, relate Médiapart. Reliance qui, rappelons-le, est considéré comme l'un des plus gros conglomérats du monde, ayant notamment apporté son soutien financier à Matthieu Pigasse, coactionnaire du groupe Le Monde.

    Des déclarations d'un ex-Président de la République qui était aux premières loges lors de la finalisation de négociations particulièrement longues et difficiles et qui prennent non seulement le contrepied de la version des autorités indiennes, mais également de la version du gouvernement français et de Dassault Aviation… Une démarche individuelle d'un ex-chef d'État à laquelle n'a d'ailleurs pas manqué de réagir l'éxécutif, à l'image de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'État français aux Affaires étrangères, qui, sur Radio J, a condamné une phrase de François Hollande qui «ne rend service à personne et ne rend surtout pas service à la France.»

    «Parce qu'on n'est plus en fonctions, porter atteinte quelque part au partenariat stratégique entre l'Inde et la France en tenant des propos qui manifestement suscitent la polémique en Inde n'est pas à la hauteur de la situation», a déclaré M. Lemoyne.

    En effet, non seulement cette sortie de François Hollande visant à défendre sa compagne affecte la situation politique globale en Inde, les relations bilatérales entre Paris et New Delhi, mais pourrait également avoir des conséquences pour le fleuron industriel français.

    Comme évoqué précédemment, Dassault Aviation était sur le coup depuis des années et même avec un contrat portant sur «seulement» 36 appareils au lieu des 126 initialement escomptés avant le changement de gouvernement indien, l'avionneur tricolore et le Quai d'Orsay marquait un bel essai, gardant espoir de remporter d'autres marchés dans le pays. Si certains de nos confrères estiment «peu probable» que l'actuel contrat soit remis en cause, privilégiant plutôt le risque pour les autres appels d'offres indiens, un analyste français des questions de défense souligne, auprès de Médiapart, l'existence d'«un risque industriel sérieux pour Dassault».

    Une intervention de François Hollande, d'autant moins indispensable, que comme le souligne Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire du ministère de la Défense, «à cause de la fréquence des affaires de corruption en Inde» en matière de contrats d'armement, ce type d'accusations et de recours à l'encontre de l'exécutif est monnaie courante dans la politique indienne.

    «Il y a dix-huit commissions qui examinent un programme d'armement [en Inde, ndlr] et quand il n'y a pas d'histoire de corruption sur un programme d'armement, en général, il y a toujours une saisie de la Justice par l'opposition, par ceux qui ont été écartés du contrat.»

    Ne pas s'inviter dans les polémiques indiennes a toujours été la ligne de Paris. On notera que ce 25 septembre, le porte-parole du Bharatiya Janata Party (BJP), dont est issu l'actuel Premier ministre indien, a accusé Robert Vadra, le beau-frère du leader de l'opposition Rahul Gandhi (menant la fronde contre l'exécutif sur le dossier Rafale) d'être lié à Sanjay Bhandari. Un homme d'affaires, dont la compagnie Offset India Solutions ne serait pas parvenue à devenir le partenaire de Dassault lors d'un précédent contrat portant sur des Rafale et aurait ainsi poussé le gouvernement indien à annuler le contrat.

    Après avoir vu sa politique étrangère, notamment sur la Syrie, «instrumentalisée» par l'Arabie saoudite, comme l'expliquait le magazine Marianne en mars 2016 dans un dossier spécial sobrement intitulé «Comment la France se vend à l'Arabie saoudite: le déshonneur», après avoir cédé, en vain, aux pressions des autorités polonaises qui menaçaient de ne plus acheter les hélicoptères Caracal à la France si celle-ci maintenait sa livraison des bâtiments Mistral à la Russie, voilà un nouveau coup dur porté au bilan et à l'image de François Hollande en tant que VRP de l'industrie française de l'armement.

    Quant au fameux film produit par Julie Gayet, relatant l'histoire d'un snowboardeur (incarné par Kev Adams) mort dans sa descente de l'Everest, si le coup de pouce de Reliance lui permit de sortir dans les salles obscures en décembre 2017, il sera salué par la critique comme «une erreur de jeunesse» de l'acteur principal, relevant des premiers chiffres «tout simplement désastreux.»

    Lire aussi:

    Quand la vente de Rafale en Inde tourne au drame façon Bollywood
    Vivez les frissons d’un vol supersonique depuis le cockpit d’un Rafale M (vidéo)
    Narendra Modi forcerait les Américains à contourner leurs propres sanctions
    Tags:
    Rafale, Nadine Modiano, François Hollande, Inde, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik