Ecoutez Radio Sputnik
    Salisbury

    Affaire Skripal: comment le Mossad aurait-il mené une telle opération?

    © Sputnik . Alexey Filippov
    International
    URL courte
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)
    16603

    La manière dont a été organisé l’empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia témoigne du fait que les services de renseignement russes ne sont pas impliqués, estime l’écrivain Alexander Brass, expert des services secrets israéliens. Selon lui, il s’agit d’une provocation «humiliante» de Londres.

    L'affaire Skripal ne répond à aucun critère professionnel des services secrets, a déclaré Alexandre Brass, expert en lutte contre le terrorisme et en fonctionnement du renseignement israélien, cité par News Front. Selon lui, de telles opérations sont organisées de manière plus professionnelle.

    «Je veux expliquer comment les services spéciaux fonctionnent. Si vous avez besoin d'éliminer quelqu'un, il s'agit d'une opération sérieuse mise en place pendant longtemps. Des ressources humaines et matérielles significatives sont impliquées […] Les auteurs de l'action apparaissent au dernier moment», a-t-il précisé.

    Selon lui, ces derniers n'arrivent pas dans le pays où ils doivent effectuer leur opération avec des passeports de l'État pour lequel ils travaillent, ils n'utilisent pas les transports publics et ne louent pas de véhicules ni ne réservent de chambres d'hôtel. C'est pourquoi, M.Brass estime qu'Alexandre Petrov et Rouslan Bpchirov, désignés par Londres comme les principaux suspects dans l'affaire Skripal, ne sont pas des agents russes.

    Par ailleurs, l'expert indique que l'utilisation présumée de l'agent innervant «Novitchok» aurait été insensée de la part du service de renseignement russe.

    «Il s'agit d'une arme de destruction massive. C'est comme jeter une bombe atomique sur une ville afin de tuer un seul criminel», a-t-il ajouté.

    M. Brass, qui écrit souvent sur les services secrets israéliens, a précisé que le Mossad utilisait depuis longtemps des poisons qui ne laissaient pas de traces. Il a rappelé la mort du militant palestinien Wadie Haddad en 1978 qu'Israël est souponné d'avoir éliminé. D'après les résultats de l'autopsie, il serait décédé d'une leucémie.

    Une autre incohérence qu'il a mise en avant est le fait que l'agent avec lequel Segueï Skripal a été empoisonné n'a pas eu d'effet immédiat.

    «Les Britanniques sont si irrespectueux à l'égard de la Russie qu'ils ne peuvent même pas organiser une provocation décemment. C'est même humiliant», résume-t-il.

    D'après l'expert, l'empoisonnement de Salisbury s'inscrit dans le cadre de «la diabolisation et de l'isolation internationale de la Russie».

    L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été empoisonnés en mars dernier à Salisbury et retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière leur empoisonnement.

    La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'origine de l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

     

    Dossier:
    Enquête sur l’empoisonnement de Sergueï Skripal (100)

    Lire aussi:

    Skripal aurait douté de l’implication de Moscou dans son empoisonnement
    Moscou est prêt à parler de l’affaire Skripal mais pas sur le principe de «highly likely»
    Affaire Skripal discutée par Poutine et Macron? Le Kremlin met les points sur les i
    Tags:
    empoisonnement, Service de renseignement militaire de Russie (GRU), Mossad, Rouslan Bochirov, Alexandre Petrov, Sergueï Skripal, Royaume-Uni, Israël, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik