Ecoutez Radio Sputnik
    Méditerranée

    Union pour la Méditerranée: Rabat liste les priorités du processus de construction

    CC0 / pixabay
    International
    URL courte
    554

    L’Union pour la Méditerranée pourrait devenir un espace géopolitique de grande importance si tous les moyens politiques, matériels et organisationnels étaient mis en branle pour sa construction. C’est ce qu’a déclaré ce lundi le ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

    Le projet d'Union pour la Méditerranée (UPM) doit être relancé et réhabilité, en lui donnant tous les moyens nécessaires pour devenir un espace de dialogue politique, de conciliation et de développement mutuel. C'est ce qu'a affirmé ce lundi 8 octobre Nasser Bourita, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, lors du 3e Forum régional de l'Union pour la Méditerranée tenu sous le thème «Construire ensemble l'avenir de la coopération régionale», à Barcelone.

    «Je crois en une Méditerranée comme espace de valeurs communes. Elle n'est pas un agrégat de frontières, mais un espace naturellement ouvert, propice à cultiver des valeurs partagées: des valeurs de paix, de tolérance, de respect de l'altérité», a déclaré le ministre marocain. L'UPM constitue «le seul modèle offrant à l'ensemble des pays de notre région de véritables perspectives sur le long terme: une profondeur stratégique, pour le Nord comme pour le Sud, l'oxygène nécessaire au développement et à l'expansion, du Nord et du Sud, et un intérêt indiscutablement commun à construire un espace intégré de paix et de prospérité partagée», a-t-il ajouté.

    Mettant l'accent sur la solidarité, la vision et la méthode à même de construire ce projet euro-méditerranéen, le diplomate souligné que ce dernier «doit incarner la coresponsabilité, accueillir la codécision, générer la coappropriation et, surtout, mobiliser les fonds nécessaires, en partenariat avec la Commission européenne, la Banque européenne d'investissements ou d'autres institutions bilatérales et internationales de financement».

    Tout en affirmant que la construction de cet espace était à portée de main, M. Bourita a néanmoins indiqué qu'elle nécessitait «une nouvelle ingénierie du processus euro-méditerranéen, de nouvelles réponses à nos défis, et de nouvelles initiatives pour les relever, collectivement».

    Lancée en 2008 par le Président Nicolas Sarkozy lors d'un sommet à Paris, l'UPM réunit les 43 pays des deux rives de la Méditerranée. Son objectif est de lancer des projets de développement en assurant leur financement par les banques européennes (Berd et BEI) ou les États concernés. Depuis 2012, 47 projets, pour un montant de 1,5 milliard d'euros, ont été mis en œuvre par cette organisation qui compte intégrer à l'avenir des fonds d'investissement ou des entrepreneurs privés.

    Lire aussi:

    Crise migratoire et Dialogue 5+5: l’Algérie suggère de s’attaquer aux causes du drame
    Après le constat amer de la réunion 5+5, le Maghreb prendra-t-il son destin en main?
    Gourévitch: «le rêve migratoire n’est pas de prendre la Méditerranée mais de la traverser»
    Tags:
    priorité, institutions, construction, projet, Union pour la Méditerranée (UPM), Nasser Bourita, Barcelone, Maroc, région méditerranéenne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik