Ecoutez Radio Sputnik
    La ville d'Idlib

    Les groupes de djihadistes ont-ils donc retiré d’Idlib leurs armes lourdes?

    © REUTERS / Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    Accord russo-turc sur une zone démilitarisée à Idlib (19)
    7400

    À l'approche du 10 octobre, date butoir fixée par Moscou et Ankara pour établir une «zone démilitarisée» dans le gouvernorat syrien d'Idlib, les groupes de djihadistes doivent en retirer leurs armes lourdes. Un porte-parole du commandement de l’Armée syrienne libre (ASL) a commenté la situation pour Sputnik.

    Des groupes tels que Hayat Tahrir al-Cham (issu du Front al-Nosra*), Tanzim Hurras ad-Din (ayant prêté allégeance à Al-Qaïda*) et le Front national de libération, notamment 16 groupes de l'Armée syrienne libre, contrôlée par la Turquie, ont retiré leurs armes lourdes du sud, du sud-ouest et de l'est du gouvernorat d'Idlib, a déclaré à Sputnik un porte-parole du commandement de l'Armée syrienne libre (ASL), ajoutant qu'il ne restait là que des armes moyennes et légères.

    «L'armée turque surveille chaque étape du processus de retrait des armes qui est aussi surveillé par la partie russe depuis les airs. Le retrait prend trois jours et doit se terminer plus tard dans la journée. Seules des armes lourdes, telles que des lance-roquettes multiples Grad, des lance-roquettes de moyenne portée, des obusiers, des installations et des chars anti-aériens ainsi que des armes à longue portée ont été retirées », a poursuivi l'interlocuteur de l'agence.

    Selon ce dernier, les membres de ces groupes n'auront plus que des armes légères et moyennes pour assurer leur propre sécurité.

    «Les combattants de Hayat Tahrir al-Cham, qui s'étaient opposés le plus à la clause de l'accord sur le retrait d'Idlib, ont finalement dû l'accepter sous la pression de la Turquie. Ankara les a persuadés de la nécessité de retirer leurs armes lourdes», a relevé le représentant de l'ASL.

    Et d'ajouter que les radicaux de Hayat Tahrir al-Cham, Tanzim Hurras ad-Din et des détachements tchétchènes restaient dans le sud et le sud-ouest d'Idlib, alors que les forces du Front national de libération étaient toujours déployées dans le centre et l'est d'Idlib. Quant au nord-est d'Idlib, les activistes du Front national de libération n'en retireront pas leurs armes, car la région voisine, Tall Rifaat, est contrôlée par les Unités de protection du peuple (YPG).

    L'interlocuteur de Sputnik a estimé qu'avec le retrait des armes lourdes, le risque d'affrontements entre les factions armées à Idlib allait considérablement diminué.

    Le commandant du Front national de libération, Inad Dervish, a également annoncé le retrait des chars, des obusiers et des lance-roquettes multiples dans le cadre de l'accord russo-turc. Il a souligné que ses combattants ne garderaient que leurs armes à courte et moyenne portée.

    Vladimir Poutine et Recep Tayyip Erdogan s'étaient précédemment entendus à Sotchi afin de mettre en place une zone démilitarisée large de 15 à 20 km le long de la ligne de contact entre les forces gouvernementales et les groupes d'opposition armés dans le gouvernorat d'Idlib avant le 15 octobre.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Accord russo-turc sur une zone démilitarisée à Idlib (19)

    Lire aussi:

    Opposant syrien: le retrait des armes lourdes d’Idlib intensifie le «règlement politique»
    Dans le nord de la Syrie, les radicaux creusent des tunnels et pilonnent les civils
    Le Front al-Nosra aurait accepté l’ultimatum sur sa dissolution, selon des médias syriens
    Tags:
    lance-roquettes multiples, zone démilitarisée, retrait, armes lourdes, djihadisme, Sputnik, Al-Qaïda, Armée syrienne libre (ASL), Recep Tayyip Erdogan, Vladimir Poutine, Inad Dervish, Idlib, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik