Ecoutez Radio Sputnik
    l'armée française au Sahel

    Saïd Bouamama: «L’intervention française au Sahel est une ingérence»

    © AFP 2018 Philippe Desmazes
    International
    URL courte
    Mikaël Doulson
    23288

    Selon le sociologue et militant associatif Saïd Bouamama, les opérations militaires menées par la France au Sahel seraient une prolongation de sa politique coloniale. Son but véritable: garder la main sur sa zone d’influence et sécuriser l’accès aux ressources stratégiques.

    La ministre française des Armées, Florence Parly, est de retour en France après une visite de deux jours au Tchad (8 et 9 octobre). Ce déplacement s'inscrit dans la continuité de sa visite au Mali et au Niger en juillet dernier. La raison de ces déplacements: soutenir les forces militaires françaises sur place, et renforcer la crédibilité du G5 Sahel, à l'heure où se multiplient les attaques terroristes dans la région.

    Pour rappel, le G5 Sahel est une coalition formée de cinq pays de la bande sahélo-saharienne: la Mauritanie, le Mali, le Burkina Faso, le Niger et le Tchad. L'objectif de cette alliance est, selon son Secrétaire permanent, Maman S. Sidikou, de «faire face de manière groupée et coordonnée aux problèmes majeurs qui préoccupent plusieurs pays aux réalités proches: la pauvreté et l'insécurité (notamment l'extrémisme violent) et certains défis reliés directement à la survie de notre planète, comme le dérèglement climatique». Dans les faits, il s'agit surtout, selon la diplomatie française, d'enrayer la déstabilisation causée par «la menace terroriste et le crime organisé».

    Sur le terrain, la Force conjointe transfrontalière du G5 Sahel cohabite avec les effectifs militaires français de l'opération Barkhane, lancée le 1er août 2014 dans toute la région du Sahel en remplacement des opérations militaires Serval (au Mali) et Épervier (au Tchad).

    Or, ces derniers mois ont mis à rude épreuve cette coopération G5+1 (les cinq pays précités, plus la France). En effet, le 29 juin dernier, le quartier général de la force régionale G5 Sahel de Sévaré dans le centre du Mali a été victime d'une attaque qui a fait six morts. Deux jours plus tard, c'est un véhicule blindé de l'opération Barkhane qui a été la cible d'un attentat-suicide à la voiture piégée à Gao, faisant quatre morts et des dizaines de blessés. L'opération Barkhane, qui mobilise près de 4.500 militaires a déjà coûté la vie à 22 soldats français.

    En juillet 2016, le Groupe de Recherche et d'Information sur la Paix et la sécurité (GRIP) a publié une note d'analyse d'Antonin Tisseron, chercheur associé au GRIP et à l'Institut Thomas More. Elle souligne l'image dégradée de la France aux yeux des Nigériens: «la France défend ses propres intérêts, au détriment de la souveraineté du pays et sans recherche de réciprocité.» Loin d'être un pays allié, elle serait même «un adversaire masquant ses réelles intentions de domination et de contrôle».

    Selon ces critiques, «l'intervention militaire de la France ne répond pas aux causes profondes de la violence et contribue même à maintenir le Niger dans le sous-développement. […] Alors que le pays est confronté à des défis essentiels en matière de sécurité alimentaire, de développement, de système de santé ou d'éducation, la lutte contre les groupes terroristes détourne des priorités.»

    Antonin Tisseron conclut que «les Occidentaux se trompent de cible [car] les facteurs principaux d'insécurité ne sont pas les groupes jihadistes et leurs actions terroristes, mais la pauvreté, la misère et la précarité.»

    Ce point est également souligné par Corinne Dufka, la Directrice adjointe de la division Afrique de l'ONG Human Rights Watch, notamment chargée de superviser les recherches sur l'Afrique de l'Ouest: «Paris comme les puissances régionales prête beaucoup trop d'attention à l'aspect militaire de la lutte contre les djihadistes, pas assez au terreau qui l'alimente.»

    Saïd Bouamama, sociologue mais aussi militant associatif et politique engagé dans des mouvements sociaux et la lutte contre le racisme, a publié le Manuel Stratégique de l'Afrique.

    Pour lui, cela va beaucoup plus loin. Il accuse la France d'ingérence dans les pays du Sahel.

    «La France poursuit une vieille politique, qui consiste à empêcher les États de se prendre en charge et de se défendre eux-mêmes, pour pouvoir justifier d'une intervention et d'une présence militaire. C'est l'un des mécanismes classiques de l'ingérence des grands pays industrialisés pour maintenir leur mainmise sur les richesses du sous-sol africain.»

    Manuel-strategique-de-l-Afrique
    © Photo. Manuel-strategique-de-l-Afrique
    Manuel-strategique-de-l-Afrique

    Selon ce chercheur, la France n'est pas le seul pays à tenter de conserver une emprise sur son ancienne zone coloniale, mais c'est celle qui a la plus grande responsabilité devant l'Histoire:

    «La France est le pays qui, depuis les indépendances [des pays d'Afrique francophone] dans les années 1960, a maintenu le plus de soldats sur le continent africain. C'est aussi le pays qui a mis en œuvre le plus grand nombre d'opérations militaires pour régler des conflits qui sont en réalité créés par sa politique économique et par sa politique d'ingérence.»

    Cette stratégie ne serait donc pas nouvelle. Elle prendrait racine dans le processus de colonisation lui-même, et viserait à contrôler les ressources du continent:

    «Cette politique s'est mise en place au moment de la décolonisation, lorsque les pays africains se sont posé sérieusement la question de leur indépendance. Les grandes puissances coloniales ont eu peur que le processus de décolonisation ne donne lieu à des velléités de réelle indépendance touchant la question économique, et pas seulement le souhait d'avoir un drapeau et un siège à l'ONU. Les services secrets français ont préparé les "transitions" en mettant en place un certain nombre de cadres pour empêcher ces pays de se développer réellement: les Accords de Partenariat Économique (APE), les accords de Défense, et des accords affectant les minerais stratégiques.»

    Pour Saïd Bouamama, la «seconde et véritable indépendance» passe par trois conditions essentielles: un développement autocentré, la rupture avec l'endettement, et la solidarité panafricaine.

    Il y a peu de chance que la ministre française des Armées Florence Parly l'entende de cette oreille…

     

    Lire aussi:

    Macron à Bamako: le G5 Sahel doit prouver son efficacité contre le terrorisme
    Les pays africains demandent à l’UE 50 M EUR pour créer des forces antiterroristes
    Washington refuse que l’Onu soutienne le G5 Sahel et appuie l’accord d’Alger
    Tags:
    armée, France, Sahel
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik