Ecoutez Radio Sputnik
    Matteo Salvini

    Migrants à Clavière: Matteo Salvini accuse la France de «crime» contre l’Italie

    © Sputnik . Taras Litvinenko
    International
    URL courte
    9412

    Les gendarmes français ayant reconduit et déposé deux migrants en territoire italien et ce sans le feu vert des autorités italiennes, le ministre de l’Intérieur de ce pays a réagi vigoureusement qualifiant cette action d’«agression sans précédent».

    Le ministre italien de l’Intérieur, Matteo Salvini, a déclaré que la gendarmerie française, ayant laissé deux migrants dans une forêt italienne, avait commis un «crime sans précédent» contre l’Italie.

    «Ce qui s’est passé à Clavière est un crime sans précédent contre notre pays», a-t-il écrit, sur son compte Twitter, invitant l’Onu et l’UE à évaluer l’acte des policiers ayant laissé des personnes dans une région isolée et sans aide.

    ​Cette réaction de Salvini fait écho au fait qu’un véhicule de la gendarmerie française a déposé deux migrants africains dans une forêt italienne non loin de la ville frontalière de Clavière.

    Commentant cet incident, la préfète des Hautes-Alpes Cécile Bigot-Dekeyzer a par la suite qualifié le fait qu’un véhicule de la gendarmerie soit passé en territoire italien sans autorisation de la police italienne d’erreur.

    «Abandonner des migrants dans une forêt italienne ne peut être considéré comme une erreur. Ce qui est arrivé à Clavière est une offense sans précédent aux frontières de notre pays. C'est une honte internationale et M.Macron ne peut rien prétendre. Nous n'acceptons pas les excuses», a lancé Matteo Salvini sur son compte Twitter.

    Lire aussi:

    Deux Eurofighter de l'armée allemande entrent en collision, un pilote tué (vidéos)
    «Je m’en fous des Européens», lance Trump
    Une femme frappée par une bande en plein Paris durant la Fête de la musique (vidéo)
    Tags:
    gendarmes, accusations, crimes, migrants, Matteo Salvini, Italie, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik