Ecoutez Radio Sputnik
    Justin Trudeau

    Vente d’armes à Riyad: Justin Trudeau détaille sa position

    © AP Photo / Evan Vucci
    International
    URL courte
    12311

    Il est «extrêmement difficile» d'annuler un important contrat de vente d'armes canadiennes à l'Arabie saoudite, a estimé mardi le Premier ministre Justin Trudeau, interrogé sur les mesures à prendre contre Riyad après le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi.

    En attendant les résultats de l'enquête sur le meurtre du journaliste saoudien Khashoggi, Justin Trudeau s'est prononcé sur la possibilité d'annuler un important contrat de vente d'armes canadiennes à l'Arabie saoudite:

    «Le contrat signé par le précédent gouvernement (conservateur, ndlr) rend extrêmement difficile son annulation sans devoir payer des pénalités exorbitantes», a déclaré le dirigeant libéral lors d'une conférence de presse.

    «Nous étudions nos options», a-t-il déclaré, pressé d'indiquer si le Canada allait emboîter le pas à l'Allemagne qui a suspendu ses ventes d'armes à Riyad et exhorté les Européens à faire de même.

    «Nous déplorons le meurtre de Jamal Khashoggi. (…) Nous avons de grandes questions pour l'Arabie saoudite sur ce qui s'est passé», a remarqué M. Trudeau.

    Il a rappelé que la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland avait souligné samedi que les explications saoudiennes sur les circonstances de la mort du journaliste n'étaient «pas crédibles» et qu'Ottawa a réclamé une enquête approfondie.

    «Chrystia Freeland est en train de travailler avec nos partenaires dans le monde pour avoir plus de réponses et agir de façon concertée ensemble. C'est préoccupant de voir le meurtre d'un journaliste comme ça», a dit M. Trudeau.

    Les pénalités financières dépasseraient le milliard de dollars canadiens en cas d'annulation de ce contrat de 15 milliards de dollars (9,9 milliards d'euros), pour la vente à Riyad de véhicules blindés légers, a indiqué le Premier ministre canadien sur la radio publique CBC. Cette commande, conclue en 2014, portait à l'origine sur 928 véhicules blindés légers, mais a été réduite à 742 en début d'année. Il s'agit de la plus importante vente d'armes canadiennes de l'histoire.

    Ottawa avait exprimé l'an dernier des inquiétudes sur l'éventuelle utilisation de ces blindés légers dans des opérations de répression dans l'est de l'Arabie saoudite et au Yémen.

    Lire aussi:

    Livraisons d’armes à Riyad: Macron évoquerait implicitement la «démagogie» de Merkel
    Affaire Khashoggi: Trudeau annulera-t-il les ventes d’armes canadiennes à Riyad?
    Justin Trudeau, adoré sur internet mais peu apprécié au Canada
    Tags:
    ventes d'armes, Justin Trudeau, Jamal Khashoggi, Canada
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik