Ecoutez Radio Sputnik
    Jamal Khashoggi

    La fiancée du journaliste Khashoggi exprime ses inquiétudes sur sa visite au consulat

    © REUTERS / Osman Orsal
    International
    URL courte
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)
    5210

    Dans un entretien à Habertürk, la fiancée du journaliste Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz, s’est rappelée qu’il craignait que des tensions puissent avoir lieu lorsqu’il s’est rendu au consulat saoudien, mais qu'il croyait que les autorités saoudiennes n’allaient pas l’interpeller ou l’interroger en Turquie.

    Intervenant à la télévision pour la première fois depuis la mort de son fiancé, le journaliste Jamal Khashoggi, Hatice Cengiz a donné des précisions sur sa visite au consulat saoudien et a exigé que ceux qui sont derrière le meurtre soient punis.

    «Ma demande est que tous les responsables impliqués dans cette barbarie, du plus bas au plus haut niveau, soient punis et traduits en justice».

    Jamal Khashoggi ne croyait pas que les autorités saoudiennes tenteraient de l'interroger ou de l'arrêter sur le territoire turc, mais avait peur que sa visite au consulat saoudien d'Istanbul ne donne lieu à des tensions ou que ses requêtes soient rejetées, a-t-elle affirmé dans un entretien accordé à la chaîne Habertürk. Selon elle, le journaliste n'avait pas envie de se rendre au consulat, où il a été tué le 2 octobre, mais y a été bien accueilli lors de sa première visite, le 28 septembre.

    Le journaliste n'a pas été redirigé au consulat à Istanbul par la mission saoudienne aux États-Unis, a-t-elle précisé.

    Khashoggi lui avait dit de n'appeler personne dans le cas où quelque chose surviendrait lors de sa deuxième visite au consulat le 2 octobre, mais lui avait précédemment recommandé de contacter le conseiller du Président turc, Yasin Aktay, s'il avait des problèmes en Turquie, a-t-elle ajouté.

    En même temps, Mme Cengiz a confié ne pas avoir accepté l'invitation du Président Trump qui, selon elle, cherchait à influencer de cette manière l'opinion publique. En outre, elle a affirmé ne pas envisager de se rendre aux États-Unis jusqu'à ce que Washington ne démontre qu'il est sincère dans ses efforts d'enquêter sur le meurtre de Khashoggi.

    Riyad a fini par reconnaître la mort du journaliste, disparu le 2 octobre au consulat saoudien à Istanbul. L'Arabie saoudite assure que Jamal Khashoggi a été tué dans une rixe et dément avoir ordonné qu'il soit assassiné.

    Intervenant lors du forum Future Investment Initiative (FII) à Riyad le 24 octobre, le prince héritier a condamné le meurtre du journaliste et a qualifié l'événement de «douloureux».

    Dossier:
    Disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (105)

    Lire aussi:

    Khashoggi mort dans une rixe au consulat? Ankara «ne permettra jamais une dissimulation»
    Premier entretien de Mohammed ben Salmane et Erdogan sur le meurtre de Khashoggi
    Affaire Khashoggi: le parquet turc demande l'extradition de 18 suspects saoudiens
    Tags:
    fiancé, entretien, consulat, tensions, décès, visite, Jamal Khashoggi, Riyad, Istanbul, Arabie Saoudite, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik