Ecoutez Radio Sputnik
    Deraa (image d'archives)

    L'Iran a-t-il procédé à la création de milices locales dans le sud de la Syrie?

    © REUTERS / Alaa al-Faqir
    International
    URL courte
    3212

    Sans lancer d’opération militaire à grande échelle, l’Iran participe à la lutte antiterroriste en Syrie en déployant dans la province de Deraa des groupes armés locaux entrainés sous la direction d'instructeurs iraniens et du groupe libanais Hezbollah, annonce le journal Asharq Al-Awsat.

    L'Iran a commencé à créer des groupes armés locaux dans la province de Deraa, dans le sud de la Syrie, a rapporté le journal Asharq Al-Awsat, citant des sources bien informées.

    «Il y a quelques jours, une équipe de 60 personnes a terminé sa formation dans le camp d'al-Lujat, au nord-est de Deraa, sous la direction d'instructeurs iraniens et du groupe libanais Hezbollah», ont indiqué ces sources.

    Selon les interlocuteurs du journal, des militaires iraniens se sont rendus dans plusieurs camps de réfugiés afin de recruter les futurs combattants de ces formations.

    Téhéran n'a pas encore commenté ces informations. Néanmoins, début octobre, lorsque les Gardiens de la Révolution islamique (GRI) ont effectué des tirs de missiles contre Daech* en Syrie en réponse à l'attentat perpétré dans la ville iranienne d'Ahvaz, l'expert iranien en relations internationales, Mani Merhabi, avait annoncé à Sputnik que cela ne signifiait pas que Téhéran lançait une opération militaire à grande échelle à l'étranger.

    Au début du mois d'octobre, Sergueï Verchinine, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a déclaré que les militaires iraniens et leurs alliés aidaient à lutter contre le terrorisme

    En outre, lors du sommet d'Istanbul, les dirigeants russe et turc se sont prononcés en faveur de l'implication de Téhéran dans le règlement de la crise syrienne. Comme l'a indiqué Vladimir Poutine, «sans l'Iran, qui est un pays garant du processus de paix, du cessez-le-feu et de la création de zones démilitarisées [en Syrie, ndlr], ce problème ne pourra pas être résolu».

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    L’Iran entame-t-il une opération à grande échelle à l’étranger?
    Frappe iranienne en Syrie: un «acte de punition» selon Téhéran
    Derrière l’attentat en Iran, la main de Riyad, Washington… ou de Téhéran?
    Tags:
    Gardiens de la révolution islamique (GRI), Hezbollah, Deraa, Iran, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik