Ecoutez Radio Sputnik
    école

    «Un élève de 30 ans», possiblement migrant, repéré dans une école britannique (photo)

    © Photo. Pixabay
    International
    URL courte
    9321

    Dans la ville anglaise d’Ipswich, un écolier de 15 ans d’origine étrangère, selon ses papiers, est soupçonné par ses camarades de classe et leurs parents d’être en fait un migrant de 30 ans. Il aurait menti sur son âge pour obtenir l’asile au Royaume-Uni ou l’accès à l’éducation britannique.

    Au Royaume-Uni, un élève de 15 ans d'une école de la ville d'Ipswich est soupçonné d'avoir falsifié son âge. Selon d'autres enfants et leurs parents, il est en fait un immigré de 30 ans, annoncent des médias britanniques.

    Ce jeune homme, probablement un Iranien, dont le nom n'est pas précisé, fréquente l'école secondaire de Stoke depuis le début de ce semestre. Des élèves ont commencé à deviner que leur camarade de classe aurait menti sur son âge. Selon les médias, il aurait pu le faire pour obtenir l'asile au Royaume-Uni. Par ailleurs, ses documents d'éducation n'auraient pas pu être reconnus par les autorités britanniques, ainsi il aurait décidé de faire des études à l'école locale pour légaliser son statut éducatif.

    Cela étant, certains enfants ne croient pas que leur camarade est un menteur de 30 ans. Selon eux, il est victime d'intimidation, précise la BBC.

    Quoi qu'il en soit, des parents d'élèves ont partagé leurs préoccupations avec l'administration. Toutefois, cet établissement scolaire n'a pris aucunes mesures, se référant aux papiers de l'élève. Selon l'école, c'était l'affaire du Bureau de l'Intérieur.

    «Je suis allé dans l'école pour exprimer une inquiétude à ce sujet et l'enseignant a essayé de me faire taire en disant que tous ses documents étaient en place et corrects. S'il est un enfant, je suis vraiment désolé. Mais il y avait quelques enfants dans ma classe qui paraissaient plus âgés qu'ils étaient. Mais c'est une autre chose», a expliqué un des parents cité par les médias.

    Certains autres ne permettent pas à leurs enfants d'aller à l'école avant que l'incident ne soit résolu.

    «Mes filles ne fréquenteront pas [l'école, ndlr] jusqu'à ce que je sache qu'il est renvoyé», a ajouté une mère.

    Le député du parlement britannique du Parti travailliste Sandy Martin a également réagi à cette situation.

    «Ce n'est pas la faute de l'école, mais celle du Bureau de l'Intérieur. Il est responsable de s'assurer que les gens sont envoyés dans les lieux appropriés», a-t-il déclaré.

    Quant au Home Office, il n'a pas commenté ce «cas individuel», affirment les médias. Ils ajoutent également qu'une enquête a déjà été lancée par cet organe de pouvoir.

    Lire aussi:

    Bagarres, cyber-violence, viols… L’école française est-elle de plus en plus violente?
    Armée algérienne: une école militaire de l’information et de la communication inaugurée
    «Hitler était bon!», un élève juif vilipendé par ses camarades de classe en Allemagne
    Tags:
    élèves, asile, migrants, migration, école, Royaume-Uni, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik