Ecoutez Radio Sputnik
    Le pont de Crimée

    Un «rêve impossible»: l'Ukraine mûrit un nouveau projet de «retour» de la Crimée

    © Sputnik . Vitali Timkiv
    International
    URL courte
    13426

    Répondant à un ex-député ukrainien qui a évoqué à la chaîne NewsOne son plan pour faire revenir la Crimée sous le contrôle de Kiev, des représentants de la presqu'île ont qualifié son idée de «rêve impossible» et de désir de Kiev de «vivre aux frais de la princesse».

    Sviatoslav Piskoun, ex-député et ex-procureur général d'Ukraine, a exposé à la chaîne de télévision NewsOne son projet pour faire revenir la Crimée dans le giron de Kiev tout en précisant d'emblée que cela serait impossible dans un proche avenir.

    «Il ne faut pas mentir et faire ce que font nos agences de propagande en promettant un prochain retour. Ne comprenons-nous pas que nous ne reprendrons pas la Crimée dans les 10 à 20 ans à venir?», a-t-il indiqué.

    Il estime que l'Ukraine doit s'adresser à la cour internationale pour exiger des «indemnisations» de la part de Moscou.

    «Restituez-nous nos biens. On y avait des terres, des maisons et des affaires, tout. Vous voulez la Crimée? Payez des milliards», a-t-il lancé.

    À la question du présentateur qui a demandé si, après un éventuel «remboursement», l'Ukraine serait prête à oublier la Crimée, Stanislav Piskoun a assuré que les Criméens voudraient rentrer de leur propre gré.

    «Dans trois ou quatre ans, la population de la Crimée — Tatars, Russes et Ukrainiens — descendront de nouveau dans les rues pour dire: "Nous avons vécu avec vous 10 ans, l'Ukraine se développe et vous non. Nous organisons un nouveau référendum […]". Les gens diront qu'ils veulent retourner en Ukraine», a-t-il affirmé.

    Le sujet a été commenté par des représentants de la presqu'île, notamment Sergueï Tsekov, sénateur de Crimée.

    «Il faut s'attendre plutôt à ce que ce soit l'Ukraine qui demande à entrer dans la composition d'un État uni avec la Russie. Dans ce cas-là, nous nous retrouverons effectivement au sein d'un même État avec l'Ukraine», a-t-il fait remarquer dans une interview accordée à Sputnik.

    Selon lui, «c'est la vie même qui obligera l'Ukraine à prendre une telle décision. Le pays guérira toutes ses maladies russophobes et viendra à l'unique conclusion juste: son avenir est lié à la Russie», a-t-il souligné, rappelant que Kiev avait décidé de lier son sort à celui de la Russie en 1654.

    Il a qualifié la déclaration de Piskoun de «rêve impossible» de nationalistes et politiciens du genre en Ukraine.

    Dmitri Polonski, vice-premier ministre du gouvernement criméen, a indiqué pour sa part à Sputnik que le nouveau projet de Kiev était dicté par le désir d'écornifler de l'argent.

    «Monsieur Piskoun est en même temps l'auteur et le fruit du système existant actuellement en Ukraine. Les "dirigeants" ukrainiens actuels ne pensent qu'à voler encore quelque chose ou à vivre aux frais de la princesse. Mais personne ne pense aux gens, à leurs souhaits et besoins réels, à leur patriotisme, à leurs choix. Les Criméens ne sont pas des objets qu'on peut donner en guise de compensation puis exiger de les restituer. Nous avons fait notre choix et nous ne changerons pas d'avis. La Patrie n'est pas à vendre ni à acheter. Et notre Patrie, c'est la Russie», a-t-il indiqué.

    Il a rappelé que durant le rattachement de la Crimée à l'Ukraine, «personne n'avait développé l'île ni investit quoi que ce soit».

    «Par conséquent, les milliards exigés par l'Ukraine sont justement les sommes qu'elle doit aux Criméens pour les années de flétrissement et non le contraire», a-t-il souligné.

    Dmitri Polonski a ajouté que la Crimée se développait actuellement à des rythmes accélérés et que ses habitants se sentaient, pour la première fois depuis de longues années, chez eux et sûrs de leur avenir.

    Un référendum s'est tenu dans la région en 2014, où plus de 96,77% des votants se sont prononcés pour la réunification de la Crimée avec la Russie.

    Le vote s'est déroulé en parfaite conformité avec le droit international et la Charte de l'Onu. Kiev continue pourtant de considérer ce territoire comme ukrainien et fait périodiquement part de son intention de «reprendre» la péninsule. Vladimir Poutine a pour sa part déclaré que la question était «définitivement fermée».

    Lire aussi:

    Kiev prêt à décommuniser la Crimée et le Donbass? «Des fantaisies de personnes malades»
    Des politiciens ukrainiens se rendent-ils secrètement en Crimée?
    The National Interest explique pourquoi Kiev n’a pas de chances de reprendre la Crimée
    Tags:
    réunification, référendum, rattachement, indemnisation, développement, ONU, Sputnik, Vladimir Poutine, Moscou, Kiev, Ukraine, Crimée, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik