Ecoutez Radio Sputnik
    Graffiti anti-USA à Téhéran

    Washington menace de punir ceux qui contourneront ses sanctions contre l'Iran

    © AFP 2018 Atta Kenare
    International
    URL courte
    28353

    Une punition immédiate attend ceux qui contourneront les sanctions adoptées par les États-Unis contre l'Iran, d'après l'envoyé spécial des États-Unis pour l'Iran Brian Hook.

    Ceux qui essayeront de contourner les sanctions américaines contre l'Iran en créant des dispositifs spéciaux, seront à leur tour frappés de sanctions, a déclaré lundi à Washington l'envoyé spécial des États-Unis pour l'Iran Brian Hook.

    «Si une personne ou une société participe à des transactions qui violent nos sanctions, nous adopterons des sanctions pour empêcher ces activités […]. Vous assisterez à l'une des plus rapides prises de décision à ce sujet. Nous appelons à éviter de participer à un instrument qui contourne notre régime de sanctions», a indiqué M.Hook lors d'un point presse.

    L'Allemagne, la Chine, la France, l'Iran, le Royaume-Uni et la Russie ont précédemment annoncé, au terme d'une rencontre ministérielle à l'Onu, que l'UE mettrait en place un mécanisme financier spécial, SPV («special purpose vehicle»), pour poursuivre ses échanges avec l'Iran en contournant les sanctions américaines. 

    Inactive sur le marché américain, cette entité européenne serait de fait immunisée contre les amendes dont Washington menace tout établissement financier qui contournerait ses sanctions.

    Le Président Donald Trump a annoncé en mai dernier le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, de même que le rétablissement des sanctions contre l'Iran, y compris celles qui frappent les pays commerçant avec Téhéran. Certaines sanctions américaines ont été rétablies le 7 août dernier et d'autres sont entrées en vigueur ce lundi 5 novembre. Washington a notamment porté plus de 700 personnes, entités, avions et navires iraniens sur sa liste noire. Parmi les entités concernées figurent 14 banques importantes. La Chine, la Corée du Sud, la Grèce, l'Inde, l'Italie, le Japon, la Turquie et Taïwan ont été provisoirement autorisés à acheter du pétrole iranien.

    Lire aussi:

    Le dollar est une nouvelle «arme» des USA pour léser l’UE, selon un responsable iranien
    Moscou prêt à écarter le dollar de ses échanges avec Téhéran
    Bolton récuse les intentions belliqueuses prêtées aux USA face à l’Iran
    Tags:
    sanctions, Brian Hook, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik