Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers et gendarmes français sur la plage de La Réunion où un débris d'avion a été retrouvé en 2015

    Apparition de la «trace américaine» dans l'enquête sur le vol MH370 disparu

    © REUTERS / Prisca Bigot
    International
    URL courte
    Boeing malaisien disparu (32)
    37946

    Il reste toujours plus de questions que de réponses dans l'enquête sur la disparition, en mars 2014, du Boeing MH370 de la Malaysia Airlines au-dessus de l'océan Indien. Pourquoi l'équipage ne répondait-il pas? S'agit-il d'un détournement? Est-il vrai que les Américains savent plus qu'ils ne le disent? Un expert russe répond.

    La disparition, le 8 mars 2014, du vol MH370 qui avait quitté Kuala Lumpur à destination de Pékin, demeure toujours un mystère. L'avion, un Boeing 777 malaisien, transportait en tout 239 personnes dont 12 membres d'équipage. En 2015, ils ont tous été déclarés morts dans un accident, bien que leur sort ne soit toujours pas connu. La question, et notamment une possible piste américaine dans l'affaire, ont été évoquées au journal russe MK par Sergueï Melnitchenko, directeur général de l'agence de conseils et d'analyses internationale Sécurité des vols.

    La disparition d'un si grand appareil est un fait extrêmement rare dans l'histoire de l'aviation mondiale, a-t-il indiqué. Très souvent, des débris, voire les boîtes noires de l'avion, sont découverts dès le deuxième jour des recherches. Mais le vol MH370 demeure entouré de problèmes irrésolus.

    Le 8 mars 2014, le Boeing 777 de la Malaysia Airlines a décollé de l'aéroport international de Kuala Lumpur et a disparu au-dessus de la mer de Chine méridionale. La dernière communication radio «Good night, Malaysia 370» remonte à 1h19, a-t-il rappelé. À 1h27, toute communication avec l'appareil était perdue. Les tours de contrôle des pays voisins ont tenté de joindre l'avion au cours des six heures qui ont suivi, mais sans succès. Selon l'enquête, le Boeing aurait volé environ sept heures sans jamais répondre à aucun aiguilleur du ciel, après quoi, resté sans carburant, il aurait commencé à perdre de l'altitude, avant que ses moteurs prennent feu.

    Sergueï Melnitchenko affirme que c'est possible, mais pourquoi l'équipage gardait-il le silence? Il n'y a toujours pas de réponse à cette question. Il a rappelé que l'opération de recherches avait débuté en mer de Chine méridionale avant de se déplacer dans l'océan Indien, vers les côtes occidentales de l'Australie. Toutefois, rien n'a été trouvé.

    L'histoire a reçu une nouvelle impulsion cet automne: de nombreuses informations faisaient état de débris du Boeing retrouvés un peu partout dans le monde, tantôt dans l'océan, tantôt dans la jungle. Toutefois, des recherches organisées dans ces secteurs n'ont jamais rien donné.

    Il a rappelé que la dernière «découverte» du genre appartenait à un pasteur qui, après avoir étudié les cartes Google, a établi que l'avion se trouvait au Cambodge où il avait l'intention de se rendre prochainement.

    «Dans ce contexte, une question s'impose: que faire des débris et pièces qui ont été déclarés authentiques par les experts et qui ont été découverts au large de Madagascar, près de l'île de La Réunion et sur la côte orientale de l'Afrique?, s'est-il demandé. Comment l'avion a-t-il pu alors se retrouver au Cambodge?»

    «Les documents de l'enquête officielle pullulent d'incohérences», a constaté Sergueï Melnitchenko, auteur du livre «MH370: un vol vers nulle part».

    «Avec mon coauteur Pavel Piatkine, nous avons étudié tous les comptes rendus de la commission malaisienne d'enquête et nous y avons constaté un grand nombre de lacunes et de faits qu'il est difficile de croire», a-t-il noté.

    Ainsi, la copie du plan du vol cite plusieurs aérodromes de secours en Chine, alors que les documents de l'enquête mentionnent d'autres sites. Ce qui fait douter du professionnalisme des enquêteurs ou qui fait penser qu'un ordre a été donné pour compliquer au maximum l'investigation.

    Sergueï Melnitchenko est également revenu sur l'enquête menée par le Français Ghyslain Wattrelos qui a perdu dans cet accident sa femme et deux de ses enfants. En tant que partie lésée, il avait plus largement accès aux documents. Ainsi, il aurait appris qu'un représentant des services de navigation malaisiens qui voyageait dans la cabine possédait un programme de détournement et avait la possibilité de pénétrer dans l'ordinateur de bord de l'avion pour modifier les données.

    «Ce qui signifie que l'enquête doit se concentrer sur la cybersécurité», a souligné Sergueï Melnitchenko, ajoutant qu'il était également indispensable d'étudier les données des satellites.

    Il existe enfin la «trace américaine», a-t-il poursuivi. En effet, après l'attentat des tours jumelles, Boeing s'est posée pour objectif de mettre au point un pilote automatique qui permettrait d'éteindre depuis le sol tout appareil mis en marche à bord, tant par les pilotes que par les terroristes. Les documents confirment que la société a obtenu une licence. Cependant, à toute question posée au géant, celui-ci répond qu'il n'a jamais rien créé de tel. Mais Boeing étant une société de technologies militaires, il est évident que ses spécialistes ne peuvent rien dire même s'ils l'avaient voulu.

    Sergueï Melnitchenko a rappelé que Ghyslain Wattrelos évoquait, sans citer de noms ni de postes et sans préciser leur rôle, des représentants de structures américaines possédant des informations sur ce que l'avion était advenu en réalité, mais liées par le secret.

    «Ainsi, pour savoir ce qui s'est réellement passé, il faut modifier le statut juridique de l'enquête. Il est important de le faire pour faire participer à l'enquête ceux qui ont un accès au secret militaire. Sinon, nous ne saurons sans doute jamais ce qui est arrivé au vol MH370 et à ses 239 passagers de 14 pays dont la Russie.»

    Il y avait également parmi les passagers de l'avion quatre Français: Laurence Wattrelos, sa fille Ambre de 14 ans et son fils Hadrien de 17 ans, accompagné de sa petite amie franco-chinoise, Yan. Aucune enquête n'a permis de lever le mystère de cette disparition, pas même celle du FBI qui avait proposé son aide.

    Dossier:
    Boeing malaisien disparu (32)

    Lire aussi:

    Données satellite à vérifier: la France relancerait l’enquête sur le MH370
    MH370, L-1049: pourquoi les avions disparaissent-ils des radars depuis un demi-siècle?
    Les recherches de l'avion du vol MH370 s'achèveront la semaine prochaine
    Tags:
    avion, secret professionnel, lacune, détournement d'avion, vol, mystère, disparition, enquête, satellite, Boeing, FBI, Kuala Lumpur, La Réunion, océan Indien, Mer de Chine méridionale, Cambodge, Madagascar, Malaisie, Afrique, Pékin, Australie, France, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik