Ecoutez Radio Sputnik
    Les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis

    Éventuelle implication de George W.Bush le 11/09: l’«État profond» ne semble pas dérangé

    © AP Photo / Gene Boyars
    International
    URL courte
    3019

    Les «données confidentielles» sur une possible implication de George W. Bush dans les attaques du 11 septembre publiées par des pirates informatiques ne semblent pas contenir d'informations exceptionnelles, a déclaré à Sputnik Karen Kwiatkowski, ex-analyste du Pentagone, qui était présente dans son bureau le jour du drame.

    Les pirates informatiques qui menacent «d'enterrer» le gouvernement américain en divulguant des informations compromettantes sur les attaques du 11 septembre 2001, notamment sur une éventuelle implication de George W. Bush, ont récemment publié de nouvelles «données confidentielles» qui ne semblent pourtant contenir aucun scoop, a fait savoir à Sputnik Karen Kwiatkowski, lieutenant-colonel à la retraite de l'US Air Force qui, en qualité d'analyste du Pentagone, était dans son bureau le 11 septembre.

    Ayant indiqué qu'aucune donnée sensationnelle n'avait été divulguée jusqu'ici par le groupe, Karen Kwiatkowski a estimé possible «qu'ils aient quelque chose». Toutefois, ils n'ont publié jusqu'ici, selon elle, que des données «banales» et il est difficile de dire s'ils ont des informations compromettantes.

    «Peut-être, s'ils disposent de données de sociétés d'assurance et d'avocats, ces organisations posent souvent des questions très intéressantes en gérant les affaires, en débloquant l'argent et en payant les sommes dues. À première vue, il s'agit d'une extorsion, d'une possibilité de gagner de l'argent», a-t-elle indiqué.

    Elle juge intéressant de savoir si cela va fonctionner, s'ils sont payés sans pour autant dévoiler l'information qu'ils affirment détenir.

    «Je pense que la réaction aux menaces de hackers de ceux qui risqueraient d'être compromis pourrait nous en dire plus que l'information dont ces hackers disposent», a estimé Karen Kwiatkowski.

    Évoquant la vente de données de cartes de crédit et de dossiers médicaux volés par le groupe, elle a constaté que ce fait ne présentait pas l'organisation sous un beau jour, mais que de nouvelles informations pourraient faire leur apparition avec le temps.

    «Dans le cas de telles catastrophes majeures, c'est souvent 20 ou 30 ans plus tard que des informations apparaissent. Certes, beaucoup d'informations sur le 11 septembre n'ont pas encore été publiées […] ce qui fait qu'il existe encore des informations que nous ne connaissons pas. La question est de savoir si cette source possède des données inconnues pour nous», a-t-elle noté.

    Évoquant l'impact que pourraient produire les informations que les hackers ayant promis «d'enterrer l'État profond» à Washington affirment posséder, Karen Kwiatkowski s'est dite réservée.

    «L'État profond […] est une institution très puissante favorable au statu quo qui a résisté et résiste très efficacement à Trump», a-t-elle lancé à Sputnik. Elle a constaté également que «dans leur ensemble, les gens croyaient en leur gouvernement» et a dit douter que les menaces de hackers aient «un grand impact» sur lui.

    Présente parmi les employés du Pentagone qui ont assisté au drame du 11 septembre 2001, Karen Kwiatkowski a fait remarquer que «les États-Unis étaient restés sans défense contre ce qu'ils voulaient contrer, des avions ayant quitté leurs trajectoires […]. C'était un choc».

    Répondant à la question de savoir s'il sera possible d'en savoir davantage sur le drame du 11 septembre via des pirates informatiques ou des lanceurs d'alerte, elle a répondu par l'affirmative.

    «Via tout. Parce que rien ne reste secret pour toujours […]. Nous aurons peut-être 90 ans, mais nous le découvrirons, nous nous en souviendrons et nous réfléchirons à ce qui était vrai ou pas. Je suis certaine que nous en saurons plus, pas demain ni avec ces données, mais nous le saurons», a-t-elle souligné pour conclure.

    Le groupe de hackers The Dark Overlord a récemment publié un 2e lot de «données confidentielles» sur l'attentat du 11 septembre 2001. Il s'agit en l'occurrence de la correspondance menée entre les compagnies d'assurance et les familles des victimes et portant entre autres sur l'implication éventuelle de George W. Bush ou de la famille royale saoudienne.

    Le 11 septembre 2001, 19 kamikazes avaient réussi à pénétrer à bord de quatre avions de ligne et à les détourner. Deux avions avaient percuté les tours jumelles de 109 étages du World Trade Center à New York, le troisième le Pentagone et le quatrième était tombé à 130 kilomètres de Pittsburg, en Pennsylvanie.

    Lire aussi:

    La France tacle durement les États-Unis sur l’Otan et les F-35
    Poutine pose en ukrainien une question piquante aux autorités de Kiev
    Benalla au bord d’une piscine avec chicha et champagne à Marrakech? (vidéo)
    Tags:
    statu quo, données compromettantes, carte de crédit, hackers, attentat, World Trade Center, attentats du 11 septembre 2001, Sputnik, Pentagone, George Bush, Donald Trump, Pittsburgh, Pennsylvanie, New York, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik