International
URL courte
18203
S'abonner

Alors que Marine Le Pen a déclaré que le traité d'Aix-la-Chapelle était «un abandon de souveraineté» et «une trahison», les membres du parti allemand AfD, Alexander Gauland et Norbert Kleinwächter, ont accusé M.Macron et Mme Merkel de vouloir créer avec l’argent des Allemands «une super-UE» à l’intérieur de l’UE.

Dans le cadre de la signature du traité franco-allemand de coopération, mardi 22 janvier, à Aix-la-Chapelle, le parti de droite Alternative pour l'Allemagne (AfD) a critiqué cette initiative.

Ainsi, son co-président a déclaré au Bundestag qu'Emmanuel Macron et Angela Merkel voulaient former «une super-UE» à l'intérieur même de l'Union européenne. En évoquant les dépenses possibles du côté allemand, il a également exigé que chacun «s'occupe d'abord de son pays».

«Et nous ne voulons pas que Macron le fasse avec l'argent des Allemands», a-t-il déclaré.

Cette idée a aussi été exprimée au cours de la même séance au parlement allemand par l'autre membre de l'AfD, Norbert Kleinwächter:

«L'Allemagne paye, la France crée», a-t-il critiqué.

De son côté, Marine Le Pen a déclaré dans un entretien au journal suisse le Temps que le texte controversé signifiait «un abandon de souveraineté, une trahison».

À quatre mois des élections européennes, Angela Merkel et Emmanuel Macron ont signé ce mardi un nouveau traité à Aix-la-Chapelle pour renforcer la relation franco-allemande et envoyer un message de soutien à la construction européenne. Ce texte a cependant suscité la controverse en France. En effet, on y voit une perte de souveraineté nationale ainsi qu'un alignement de la France sur les positions de Berlin.

Lire aussi:

Erdogan espère que la France «se débarrassera au plus vite du danger Macron»
L’avocat de Trump présente au Sénat de Géorgie une première vidéo de «preuve» de fraude électorale
Macron annonce la création d'une plateforme de signalement des discriminations
L’organisateur de l’orgie gay ayant accueilli l’eurodéputé hongrois livre des détails de la soirée
Tags:
financement, Union européenne (UE), Alternative pour l'Allemagne (AfD), France, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook