Ecoutez Radio Sputnik
    Carlos Ghosn

    Carlos Ghosn crie au «complot» et à «une trahison» de Nissan envers lui

    © AP Photo / Itsuo Inouye
    International
    URL courte
    341032
    S'abonner

    Arrêté à Tokyo il y a plus de deux mois et inculpé pour dissimulation de revenus sur cinq ans, Carlos Ghosn a déclaré n’avoir «aucun doute» que les accusations contre lui étaient «un complot» et «une trahison» de la part des dirigeants de Nissan, lit-on dans son interview au quotidien économique japonais Nikkei.

    Une semaine après sa démission de la présidence de Renault, Carlos Ghosn a déclaré au quotidien économique japonais Nikkei être victime «d'un complot et d'une trahison» de la part des dirigeants de Nissan.

    Il a également expliqué depuis la prison de Tokyo que des membres de la direction de Nissan voulaient contrer son projet d'intégration entre Renault et ses soutiens japonais.

    M. Ghosn a en outre démenti les accusations d’abus de confiance à son encontre en déclarant que les allégations de versements frauduleux via Nissan-Mitsubishi étaient une «déformation de la réalité». Qui plus est, il a également nié les propos lui reprochant de diriger Nissan comme une «dictature».

    Carlos Ghosn a finalement affirmé n’avoir aucune intention de «s’enfuir»  mais a promis de «se défendre».

    Le 24 janvier, Carlos Ghosn a démissionné de la présidence de Renault.

    Le 10 décembre, le bureau des procureurs avait décidé de le mettre en examen pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) de revenus sur cinq années, de 2010 à 2015, selon l'agence de presse Kyodo et la chaîne publique NHK. Son bras droit, Greg Kelly, arrêté en même temps que lui, a aussi été inculpé. 

    Nissan est également poursuivi en tant qu'entité morale, le parquet jugeant que la responsabilité de l'entreprise était aussi engagée, car c'est elle qui a remis les rapports incriminants aux autorités boursières.

    Tags:
    trahison, accusations, complot, Mitsubishi motors, Renault-Nissan, Carlos Ghosn, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik