International
URL courte
341032
S'abonner

Arrêté à Tokyo il y a plus de deux mois et inculpé pour dissimulation de revenus sur cinq ans, Carlos Ghosn a déclaré n’avoir «aucun doute» que les accusations contre lui étaient «un complot» et «une trahison» de la part des dirigeants de Nissan, lit-on dans son interview au quotidien économique japonais Nikkei.

Une semaine après sa démission de la présidence de Renault, Carlos Ghosn a déclaré au quotidien économique japonais Nikkei être victime «d'un complot et d'une trahison» de la part des dirigeants de Nissan.

Il a également expliqué depuis la prison de Tokyo que des membres de la direction de Nissan voulaient contrer son projet d'intégration entre Renault et ses soutiens japonais.

M. Ghosn a en outre démenti les accusations d’abus de confiance à son encontre en déclarant que les allégations de versements frauduleux via Nissan-Mitsubishi étaient une «déformation de la réalité». Qui plus est, il a également nié les propos lui reprochant de diriger Nissan comme une «dictature».

Carlos Ghosn a finalement affirmé n’avoir aucune intention de «s’enfuir»  mais a promis de «se défendre».

Le 24 janvier, Carlos Ghosn a démissionné de la présidence de Renault.

Le 10 décembre, le bureau des procureurs avait décidé de le mettre en examen pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) de revenus sur cinq années, de 2010 à 2015, selon l'agence de presse Kyodo et la chaîne publique NHK. Son bras droit, Greg Kelly, arrêté en même temps que lui, a aussi été inculpé. 

Nissan est également poursuivi en tant qu'entité morale, le parquet jugeant que la responsabilité de l'entreprise était aussi engagée, car c'est elle qui a remis les rapports incriminants aux autorités boursières.

Lire aussi:

Deux millions de Français contaminés par le Covid-19, affirme une étude britannique
Le préfet de Paris estime que les personnes en réanimation sont celles qui n'ont pas respecté le confinement
Un couple gagne pour la deuxième fois au loto en 35 ans, voici leur secret
Covid-19: «Président africain cherche clinique européenne?» Revenez une autre fois!
Tags:
trahison, accusations, complot, Mitsubishi motors, Renault-Nissan, Carlos Ghosn, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook