Ecoutez Radio Sputnik
    Abdelaziz Bouteflika

    Le chef de la diplomatie algérienne explique les décisions du Président Bouteflika

    © AP Photo / Sidali Djarboub
    International
    URL courte
    Présidentielle en Algérie (2019) (51)
    7136

    Le nouveau vice-Premier ministre algérien et ministre des Affaires étrangères a qualifié dans un entretien avec RFI les décisions prises par Bouteflika de «tournant le plus important de l’Histoire de l’Algérie depuis 1962». Selon lui, ces dernières ouvriront une nouvelle ère de liberté et de démocratie dans le pays.

    Dans un entretien avec Radio France international (RFI), Ramtane Lamamra, le nouveau vice-Premier ministre algérien et chef de la diplomatie fraichement nommé par le Président Abdelaziz Bouteflika, s'est exprimé sur les décisions de ce dernier dans son message de renoncement au 5e mandat, adressé aux Algériens.

    Tout en affirmant qu'il croyait profondément que les décisions prises par le chef de l'État marquaient «le tournant le plus important de l'Histoire de l'Algérie depuis 1962 [date de l'indépendance du pays, ndlr]», M.Lamamra a souligné que «nous n'avons pas le droit à l'erreur. Je crois que, ensemble, nous bâtirons cet avenir meilleur pour le peuple algérien». Dans ce sens, il a soutenu qu'«il appartient maintenant aux femmes, aux hommes et, surtout, aux jeunes de ce pays de se hisser au niveau de cette responsabilité historique».

    Évoquant les décisions prises par le chef de l'État, le vice-Premier ministre a déclaré que «le Président a annoncé un certain nombre d'orientations d'ordre stratégique». «D'abord, c'est la conférence nationale, inclusive et indépendante, qui adoptera la Constitution et fixera souverainement la date de l'élection présidentielle», a-t-il expliqué. Et de préciser que «cette élection sera entièrement et exclusivement sous la responsabilité d'une commission électorale nationale indépendante, le ministère de l'Intérieur et les corps de l'État étant à la disposition de cette commission».

    Concernant le déroulement de la prochaine élection présidentielle, le responsable a affirmé que «toutes les conditions seront réunies, le Conseil constitutionnel continuera à assumer ses responsabilités en matière d'élection présidentielle». «Donc, ce sera l'affaire de tout le monde», a-t-il encore souligné.

    En répondant aux exigences de la rue et afin de donner des gages de garanties de l'impartialité de l'administration algérienne dans l'organisation de la prochaine présidentielle, Ramtane Lamamra a indiqué que «le Président Bouteflika a annoncé qu'il sera créé un gouvernement de compétences bénéficiant de la confiance des participants à la conférence nationale». «Ce gouvernement sera créé précisément pour mettre dans le processus d'organisation de l'élection présidentielle la nécessaire dose d'impartialité, de technicité en soutien à la commission électorale indépendante», a-t-il encore précisé.

    Suite à son message où il annonçait sa décision de ne pas briguer un 5e mandat, le Président Abdelaziz Bouteflika a également limogé le gouvernement d'Ahmed Ouyahia et a nommé à sa place Noureddine Bedoui, ex-ministre de l'Intérieur.

    Dossier:
    Présidentielle en Algérie (2019) (51)

    Lire aussi:

    «Nous allons envoyer ces navires US au fond de la mer avec des armes secrètes», promet un général iranien
    La photo de l’homme à l’origine de l’explosion à Lyon publiée
    L'acte 28 se poursuit place de la République à Paris avec des gaz lacrymogènes
    Tags:
    conférence, décision, élection présidentielle, RFI, Ramtane Lamamra, Noureddine Bedoui, Abdelaziz Bouteflika, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik