Ecoutez Radio Sputnik
    Un Boeing 737 MAX 8

    Les derniers mots des pilotes du Boeing 737 MAX de Lion Air révélés par les boîtes noires

    © REUTERS / Joshua Roberts
    International
    URL courte
    Crash d'un Boeing de Lion Air en Indonésie (16)
    121864

    L’enregistrement des dialogues des pilotes du Boeing 737 MAX 8 qui s’est écrasé en octobre 2018 a dévoilé leurs tentatives désespérées pour trouver une solution à la défaillance des systèmes de bord, selon des sources proches de l’enquête.

    Alors que les avions du géant américain Boeing sont cloués au sol à la suite du crash survenu en Ethiopie, de nouveaux détails sur la catastrophe d'un autre Boeing MAX, en octobre dernier, sont apparus. Bien que la cause de cet accident n'ait pas encore été officiellement déterminée, il semblerait qu'il présente «des similitudes évidentes» avec la récente tragédie.

    Le commandant de bord et le copilote du Boeing MAX 8 de Lion Air, lequel s'est écrasé avec 189 personnes à bord en octobre 2018, ont mis beaucoup trop de temps à chercher frénétiquement dans le manuel la raison pour laquelle leur appareil était en chute libre et ont été induits en erreur par les informations du système, rapporte Reuters en citant des sources qui ont entendu les enregistrements vocaux de la boîte noire.

    Selon un rapport de novembre, le copilote aurait informé un aiguilleur du ciel d'un «problème de contrôle de vol» deux minutes seulement après le décollage. Bien que le pilote n'ait pas cité exactement le problème, l'une des sources de Reuters a déclaré que la vitesse de l'appareil était mentionnée dans l'enregistrement vocal, tandis qu'une autre a expliqué qu'un indicateur ne signalait pas de problème sur l'écran du copilote, alors que le commandant de bord avait reçu une telle notification. Ce dernier aurait alors demandé à son collègue de consulter un manuel pour y trouver la liste des événements anormaux.

    Alors que le système informatique de l'avion avertissait l'équipage d'un flux d'air trop faible au-dessus des ailes et a donc tenté de faire plonger l'appareil automatiquement à l'aide d'un compensateur, le commandant de bord a quant à lui tenté de faire monter l'aéronef.

    «Ils semblaient ne pas savoir que le compensateur descendait. Ils ne pensaient qu'à la vitesse et à l'altitude. C'était la seule chose dont ils parlaient», a déclaré l'une des sources.

    À un moment donné, le commandant de bord a demandé à son copilote de le remplacer pendant qu'il cherchait la solution figurant dans le manuel, ce que son collègue n'avait pas réussi à faire, selon les sources.

    Aussi bien Lion Air que Boeing ont refusé de commenter ce rapport, arguant que l'enquête était en cours.

    Cependant, le fabricant américain a noté qu'il existait une procédure documentée pour une telle situation. Le rapport de novembre indique qu'un équipage différent a eu le même problème un jour seulement avant l'accident mortel. Selon le rapport préliminaire de novembre, ils auraient réussi à le résoudre mais n'auraient pas transmis toutes les informations à l'équipe suivante. Un capitaine de la compagnie Batik Air, filiale de Lion Air, se serait rendu dans le cockpit et aurait résolu un problème similaire, rapportait Bloomberg.

    La boîte noire n'ayant été retrouvée qu'en janvier, ses éclaircissements n'avaient pas été inclus dans le rapport préliminaire. Le Comité national indonésien pour la sécurité dans les transports (KNKT) a annoncé que les récents résultats de l'enquête en cours pourraient être publiés en juillet ou en août. L'enquête sur l'accident d'octobre, qui a pour but de déterminer comment les systèmes de l'avion ont fait défaut, a été accélérée par le crash en Ethiopie.

    Un autre Boeing 737 MAX 8, d'Ethiopian Airlines, s'est écrasé le 10 mars à 62 kilomètres de la capitale de l'Éthiopie, Addis-Abeba. Ce vol reliait Addis-Abeba à Nairobi, la capitale du Kenya. Parmi les 157 victimes du crash figuraient, outre des citoyens du Kenya et de l'Éthiopie, 18 Canadiens, huit Américains, huit Italiens, huit Français, sept Britanniques ainsi que trois Russes et une Belge.

    Il s'agit du deuxième crash d'un avion de ce type en six mois. Le 29 octobre 2018, un Boeing 737 MAX de la compagnie aérienne Lion Air s'est abîmé dans la mer de Java peu après son décollage de Jakarta. Les 189 personnes qui se trouvaient à bord de l'avion ont péri dans cette catastrophe. À la suite de ces tragédies, les autorités de l'aviation et les compagnies aériennes du monde entier ont immobilisé leurs appareils 737 MAX série 8 ou leur ont fermé leur espace aérien.

    Dossier:
    Crash d'un Boeing de Lion Air en Indonésie (16)

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Le recteur de Notre-Dame de Paris avance une nouvelle cause de l’incendie
    Une photo de Sputnik prise à Notre-Dame cause une avalanche internationale de fake news
    Tags:
    avion, boîte noire, crash d'avion, MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System), Boeing 737 MAX 8, Boeing 737 MAX, Ethiopian Airlines, Lion Air, Batik Air, Boeing, Ethiopie, Indonésie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik