Ecoutez Radio Sputnik
    hauteurs du Golan

    Damas condamne la déclaration «irresponsable» de Trump sur le Golan «israélien»

    © AFP 2019 Jalaa Marey
    International
    URL courte
    15633

    Le ministère syrien des Affaires étrangères a condamné les propos «irresponsables» de Donald Trump qui a jugé nécessaire pour les États-Unis de reconnaître la souveraineté israélienne sur les hauteurs du Golan occupées par Israël mais qui appartenaient avant à la Syrie, a annoncé l'agence de presse Sana.

    La diplomatie syrienne a condamné et qualifié d'«irresponsable» la déclaration du Président américain sur le statut des hauteurs du Golan, la déclaration du ministère syrien des Affaires étrangères a été diffusée vendredi par l’agence de presse syrienne Sana.

    «La République arabe syrienne condamne fermement les déclarations irresponsables du Président américain sur les hauteurs syriennes occupées du Golan», a commenté Damas.

    Qui plus est, «ces déclarations confirment l'engagement aveugle des États-Unis envers Israël et leur soutien à son comportement agressif», a poursuivi la diplomatie syrienne.

    En outre, la partie syrienne a souligné que les propos de Donald Trump n'ont pas changé «la réalité que le Golan était et restera syrien, arabe» en concluant que «la nation syrienne est davantage déterminée à libérer cette précieuse partie de sa terre nationale syrienne par tous les moyens disponibles».

    Donald Trump a estimé jeudi sur son compte Twitter qu’«il est l'heure pour les États-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur les hauteurs du Golan qui sont d'une importance stratégique essentielle pour la sécurité de l'État d'Israël et la stabilité régionale».

    Ces déclarations font suite au récent appel du chef du gouvernement hébreu Benjamin Netanyahou, qui a invité la communauté internationale à reconnaître l'emprise israélienne sur le Golan. En réaction au message de M.Trump, le Premier ministre israéien a remercié le Président US pour son acte «courageux», également sur Twitter.

    L'administration états-unienne vient de modifier la dénomination du Golan syrien dans ses documents officiels: désormais, les USA considèrent la région comme «contrôlée» et non plus «occupée» par Israël. Certains observateurs ont interprété ce glissement sémantique comme le prélude à une reconnaissance par Washington de la souveraineté israélienne sur le Golan.

    Depuis 1967, Israël occupe quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qui appartenait à la Syrie avant la guerre des Six Jours. En 1981, le parlement israélien a adopté la Loi sur les hauteurs du Golan, proclamant unilatéralement la souveraineté de l'État hébreu sur ce territoire.

    Le Conseil de sécurité de l'Onu a qualifié cette annexion d'illégale par sa résolution 497 adoptée le 17 décembre 1981. Environ 510 km2 du plateau du Golan restent sous le contrôle du gouvernement syrien.

    Lire aussi:

    La police nomme la cause la plus probable de l’incendie de Notre-Dame de Paris, d'après AP
    Interpellation d’un preneur d'otages au Super U de Bessé-sur-Braye dans la Sarthe
    Pas de soudure ni de point chaud: l'entreprise qui restaurait Notre-Dame livre sa version
    Tags:
    diplomatie, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik