Ecoutez Radio Sputnik
    Le Golan, image d'illustration

    Des réfugiés des hauteurs du Golan condamnent les déclarations de Trump (photos)

    © AFP 2019 JALAA MAREY
    International
    URL courte
    Décision de Trump sur le Golan: réactions et conséquences (15)
    8261
    S'abonner

    Des réfugiés syriens du Golan habitent à Masakin Barzeh, quartier de Damas. Après la guerre des Six Jours et l’occupation du plateau par Israël, ces gens ont dû quitter leurs foyers. Aujourd’hui, ils descendent dans la rue pour protester contre la décision du Président états-unien sur le Golan. Sputnik s’est entretenu avec certains d’entre eux.

    Après la guerre des Six Jours et l'occupation des hauteurs du Golan par Israël, leurs habitants syriens ont été contraints d'abandonner leurs foyers pour trouver refuge ailleurs, notamment dans le camp de réfugiés à Masakin Barzeh, à Damas. Sputnik s'est rendu sur place et a parlé avec ces personnes indignées par les faits et gestes de Donald Trump, ayant reconnu la souveraineté israélienne sur le Golan syrien occupé.

    Yousef Mahmud Muflah al Kabiri
    © Sputnik .
    Yousef Mahmud Muflah al Kabiri

    «Ces déclarations ne sont qu'une niaiserie pure et simple. Le Président des États-Unis aurait des hallucinations ou une folie. Les déclarations de Trump n'exerceront aucune influence sur nous, les gens du Golan», a déclaré à Sputnik le cheik Yousef Mahmud Muflah al Kabiri.

    Et de rappeler que le Conseil de sécurité de l'Onu avait adopté plusieurs résolutions stipulant explicitement que les hauteurs du Golan étaient un territoire syrien occupé.

    «Nous dénonçons fermement les déclarations de Trump qui ont été faites pour plaire à Israël sur fond de campagne électorale dans ce pays. Les hauteurs du Golan font partie de la Syrie tant géographiquement qu'historiquement. Les habitants y reviendront. Le gouvernement syrien décidera de la manière d'y procéder», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

    Muhammed Sabri al Mutlaq
    © Sputnik .
    Muhammed Sabri al Mutlaq

    Muhammed Sabri al Mutlaq a presque 80 ans. Il a fui son village natal de Dalwa à l'âge de 20 ans. Il a confié à Sputnik «espérer revenir à la maison où ses aïeux avaient habité, vers les tombes des grands-pères et des grands-mères».

    Karam Hmidi n'a que 11 ans, mais il sait être habitant des hauteurs du Golan où il promet d'aller vivre tôt ou tard.

    «Mon grand-père est mort en martyr sur les hauteurs du Golan. Je reviendrai sur la terre des ancêtres, dans le village de Dalwa, occupé à présent par Israël. Nous sommes contre les déclarations de Trump», a martelé le garçon, s'adressant à Sputnik.

    Ibrahim al Hilal
    © Sputnik .
    Ibrahim al Hilal

    Un autre réfugié, Ibrahim al Hilal, se souvient bien des souffrances endurées par les réfugiés.

    «J'avais 25 ans en 1967 quand on a dû quitter notre terre natale. Je suis contre les décisions de Trump. Il n'a aucun droit de décider du sort des Syriens et des hauteurs occupées du Golan. Il n'est pas habilité à transmettre notre terre à Israël. On ne peut transmettre que ce qu'on a. Et tel n'est pas le cas. Nous avons promis à nos enfants et à nos petits-enfants que nous reviendrons sur notre terre», a raconté à Sputnik Ibrahim al Hilal.

    Ahmed al-Hasan
    © Sputnik .
    Ahmed al-Hasan

    Ahmed al-Hasan, historien syrien de l'occupation des hauteurs du Golan, a qualifié de nazie la déclaration du Président états-unien et dit qu'elle n'étonnait pas du tout les habitants du Golan.

    «Parce que nous savons quel soutien est apporté à Israël par les Américains. Les habitants des hauteurs du Golan entretiennent des rapports avec leur terre natale et ne manqueront pas d'y revenir», a déclaré l'historien à Sputnik.

    Le 21 mars, le Président états-unien s'est servi de son compte Twitter pour reconnaître la souveraineté israélienne sur la partie du Golan syrien dont Israël s'est emparé en 1967 et que l'État hébreu a depuis annexée. Ce dimanche, le ministre israélien des Affaires étrangères Yisrael Katz a déclaré que le Président américain signerait un décret reconnaissant la souveraineté à Israël lundi 25 mars. Et ce lundi 25 mars, en marge des négociations avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, Donald Trump a apposé sa signature sur un document qui reconnaît la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan.

    Depuis 1967, Israël occupe quelque 1.200 km2 du plateau du Golan qui appartenait à la Syrie avant la guerre des Six Jours. En 1981, le parlement israélien a adopté la Loi sur les hauteurs du Golan, proclamant unilatéralement la souveraineté de l'État hébreu sur ce territoire. Quoi qu'il en soit, la communauté internationale n'a jamais reconnu cette annexion.

    Dossier:
    Décision de Trump sur le Golan: réactions et conséquences (15)
    Tags:
    occupation, souveraineté, reconnaissance, annexion, réfugiés, Conseil de sécurité de l'Onu, Sputnik, Ahmed al Hasan, Yousef Mahmud Muflah al Kabiri, Donald Trump, Damas, Hauteurs du Golan, Israël, Syrie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik