International
URL courte
165216
S'abonner

Dans un appel commun, le pape François et le roi du Maroc ont jugé nécessaire de préserver Jérusalem «comme symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue».

Tandis que les discussions internationales relatives au statut de Jérusalem connaissent un nouvel essor, le pape François, en déplacement au Maroc, a appelé à conserver le «caractère multi-religieux» de la ville.

Après la réunion entre le souverain pontife et le roi Mohammed VI à Rabat, les deux parties ont diffusé un appel commun susceptible de vexer les autorités israéliennes. Ce document, cité par Le Figaro, souligne qu'il est «important de préserver la Ville sainte de Jérusalem / Al Qods Acharif comme patrimoine commun de l'humanité» et «comme lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue».

«Nous souhaitons, par conséquent, que dans la Ville sainte soient pleinement garantis la pleine liberté d'accès aux fidèles des trois religions monothéistes et le droit de chacune d'y exercer son propre culte», lit-on dans l'appel.

Le Saint-Siège et le Royaume du Maroc expliquent ainsi qu'ils «reconnaissent l'unicité et la sacralité de Jérusalem / Al Qods Acharif» et qu'ils ont «à cœur sa signification spirituelle et sa vocation particulière de Ville de la Paix».

Le pape François est arrivé samedi au Maroc pour une visite de deux jours, la première d'un souverain pontife depuis celle de Jean Paul II, en août 1985.

Auparavant, le président du Sénat roumain, Calin Popescu Tariceanu, a dû annuler sa visite au Maroc après l'annonce du transfert de l'ambassade de Roumanie en Israël de Tel Aviv à Jérusalem, à l'instar de celle des États-Unis.

Lire aussi:

Un rapport remis par le Pr. Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
Un chien tombé dans l’eau glacée refuse d'être sauvé par un homme qui plonge pour lui – vidéo
Cet hôpital parisien a dû recruter des gardes du corps pour protéger les soignants des agressions dans la rue - vidéo
Certains «haïssent» leur propre «incapacité»: quand Pékin recadre Paris sur le Covid-19
Tags:
fidèles, religion, coexistence, roi Mohammed VI du Maroc, Calin Popescu Tariceanu, Pape François, Jérusalem, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook