Ecoutez Radio Sputnik
    Douma, Syrie

    Douma: à l'Onu, des experts russes divulguent les conclusions de leur propre enquête

    © Sputnik . Mikhaïl Voskresenski
    International
    URL courte
    8341
    S'abonner

    Lors d’une séance ouverte à l’Onu, des spécialistes russes de la Fondation d'étude des problèmes de la démocratie, qui ont mené leur propre enquête sur les événements du 7 avril 2018 à Douma, en Syrie, ont déclaré qu'une série de témoins leur avaient confirmé que l’attaque chimique y avait été montée de toute pièce.

    Des habitants de Douma, en Syrie, et plusieurs dizaines de Casques blancs ont confirmé le caractère truqué de l'attaque aux substances chimiques du 7 avril 2018, a assuré lors d'une séance ouverte à l'Onu le président de la Fondation d'étude des problèmes de la démocratie, Maxime Grigoriev, dont l'organisation a mené sa propre enquête sur le sujet.

    «Notre organisation a réalisé une estimation indépendante du rapport de l'OIAC, nous avons interrogé 15 témoins de Douma, 40 membres des Casques blancs, qui ont expliqué comment ils falsifiaient les scènes», a-t-il exposé.

    Il a aussi souligné que le rapport de l'OIAC avait parfois fondé ses propos sur des informations non vérifiées.

    «Ils ont présenté des témoins douteux, l'autopsie des corps de victimes d'une attaque chimique supposée n'a pas été faite, les noms de spécialistes cités n'ont pas été donnés, ils n'ont pas réussi ni à identifier les morts, ni à estimer le nombre des morts, la position des corps contredit les conclusions de l'OIAC en ce qui concerne l'utilisation du chlore», a détaillé Maxime Grigoriev.

    En guise de conclusion, le président de la Fondation a mis l'accent sur le fait que l'OIAC avait reconnu «les informations fournies par les Casques blanc en lien avec l'incident à l'hôpital à Douma en Syrie, avaient été contrefaites».

    Ce n'est pas la première fois que des éléments concernant des trucages de vidéos d'attaques chimiques en Syrie apparaissent. Ainsi, le 13 février, le producteur de la BBC chargé de la Syrie, Riam Dalati, a déclaré que les images tournées dans un hôpital après l'attaque chimique du 7 avril 2018 à Douma avaient été mises en scène.

    Le 7 avril 2018, plusieurs ONG, dont les Casques blancs, ont annoncé qu'une attaque aux substances toxiques avait eu lieu à Douma, dans la Ghouta orientale. La Russie a alors démenti les informations concernant une bombe au chlore qui aurait été larguée par les forces gouvernementales syriennes et a estimé que l'objectif de ces allégations était de justifier d'éventuelles actions extérieures.

    L'Occident a accusé les autorités syriennes d'avoir mené une attaque aux substances toxiques et dans la nuit du 13 au 14 avril des installations militaires syriennes ont été frappées en représailles par les États-Unis, la France et le Royaume-Uni.

    Dans son rapport final sur les faits ayant eu lieu à Douma, l'OIAC a conclu que de la chlorine avait été utilisée contre l'agglomération en question sans toutefois désigner le responsable, car au moment où l'enquête avait commencé cela ne faisait pas partie des attributions de l'OIAC. Damas a alors rejeté les conclusions tirées par l'organisation.

    Tags:
    attaque chimique, attaque, preuves, rapport, politique, Casques blancs syriens, ONU, Douma, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik