International
URL courte
14225170
S'abonner

Le locataire de la Maison-Blanche a déclaré avoir une idée concernant les vrais commanditaires des attentats terroristes du 11 septembre 2001. Et ce n’est pas l’Irak, à ses yeux.

Les attaques du 11 septembre 2001 aux États-Unis, qui ont fait près de 3.000 morts, n’ont pas été orchestrées par l’Irak de Saddam Hussein, a déclaré Donald Trump.

Dans une interview accordée à la chaîne ABC News, le Président américain a confié avoir une idée concernant les vrais commanditaires des attentats:

«L’Irak n’a pas détruit le World Trade Centre. Ce n’était pas l’Irak, c’était d’autres gens. Et je crois que je sais qui étaient ces gens. Et vous le savez aussi peut-être», a fait part le locataire de la Maison-Blanche.

Après les attaques du 11 septembre revendiquées par la nébuleuse terroriste Al-Qaïda*, les États-Unis sont intervenus en Afghanistan où le groupe était installé. Les attentats ont également servi de prétexte pour l’invasion de l’Irak en 2003, entraînant la mort de centaines de milliers d’Irakiens et contribuant à la montée en puissance de Daech*.

Lors de l’entretien, Donald Trump a d’ailleurs estimé que l’intervention US au Moyen-Orient avait été «une décision terrible», décrivant cette région comme «du sable mouvant».

Fin 2018, le dirigeant US avait déclaré que ses prédécesseurs auraient pu empêcher les attentats du 11 septembre s’ils avaient prêté attention à ses propos concernant le chef d’Al-Qaïda*, Oussama ben Laden.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
Comme Jacques Chirac, Macron s’emporte contre des policiers israéliens à Jérusalem - vidéo
Chef d'état-major français: tuer le général iranien Soleimani en Irak n'était «pas une bonne idée»
Tags:
Oussama ben Laden, intervention, Afghanistan, Irak, Donald Trump, Daech, Al-Qaïda, Saddam Hussein, New York, World Trade Center, États-Unis, attentats du 11 septembre 2001
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik