International
URL courte
4312103
S'abonner

Les États-Unis ont menacé l’Iran de «mesures supplémentaires» si la République islamique ne ratifiait pas la Convention de Palerme contre la criminalité transnationale organisée, conformément aux recommandations du Groupe d’action financière (GAFI).

Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a brandi de nouvelles menaces en exhortant Téhéran à signer la Convention de Palerme contre la criminalité transnationale organisée.

«L'Iran doit ratifier les conventions de Palerme et celles sur le financement du terrorisme conformément aux normes du GAFI ou faire face à des mesures supplémentaires», a-t-il indiqué dans un communiqué.

«Aujourd’hui, le Groupe d’action financière (GAFI) a réagi au refus délibéré de l’Iran de remédier aux problèmes systématiques de l’Iran en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme en exigeant une surveillance accrue des institutions financières», poursuit le document. 

Mike Pompeo a également accusé les Gardiens de la révolution islamique de «s’engager dans des mécanismes de financement illicites», dont le soutien au mouvement chiite libanais Hezbollah et au Hamas, jugés «terroristes» par Washington.

Ces derniers jours, les tensions entre Téhéran et Washington sont montées d’un cran. Le 20 juin, soit quelques jours après l’incident impliquant des pétroliers dans le détroit d’Ormuz, les Gardiens de la révolution islamique ont annoncé avoir abattu un drone espion américain qui «était entré dans l'espace aérien iranien» dans la province d'Hormozgan, laquelle borde le détroit en question. Un responsable états-unien a confirmé l’attaque contre un appareil américain, affirmant que celui-ci se trouvait dans l’espace international.

Le lendemain, l’Iran a déclaré qu’il aurait également pu abattre un avion de reconnaissance US. Quant à Donald Trump, il a affirmé qu’il était revenu sur sa décision de frapper des cibles iraniennes à 10 minutes seulement de l’attaque.

Lire aussi:

Ces 25 propriétaires du 93 ont appris par simple lettre qu’ils étaient expropriés
Un eurodéputé surpris dans une orgie gay à Bruxelles présente sa démission
Méfiance face aux vaccins anti-Covid: «vous n’êtes ni des cobayes ni des jouets de l’industrie pharmaceutique»
Tags:
Corps des Gardiens de la révolution islamique (CGRI), convention, Mike Pompeo, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook