International
URL courte
Sommet du G20 à Osaka (2019) (21)
19327
S'abonner

Avant les discussions bilatérales avec Vladimir Poutine en marge du sommet du G20 à Osaka, Donald Trump a loué les «très bonnes relations» qu’il entretient avec son homologue russe, tout en faisant une plaisanterie sur l’«ingérence russe».

Vladimir Poutine et Donald Trump se sont entretenus ce vendredi 28 juin de manière bilatérale en marge du G20 à Osaka. Avant le début de ce tête-à-tête, le locataire de la Maison-Blanche est allé jusqu'à plaisanter sur la présumée «ingérence russe», sujet qui fait les choux gras de la presse depuis son arrivée à la présidence.

Prié par un journaliste de dire si la question allait être évoquée au cours de cette rencontre, Donald Trump a répondu par l'affirmative avant de se tourner vers Vladimir Poutine.

«Pas d'ingérence dans les élections, s'il vous plaît», a-t-il lancé, ironique.

Le Président américain a aussi profité de ce moment pour louer ses «très bonnes relations» avec son homologue russe.

Le G20 se tient dans la ville japonaise d’Osaka les 28 et 29 juin sur fond de désaccords entre les dirigeants mondiaux concernant notamment le commerce et le climat.

Le jour de l’ouverture du sommet, après la traditionnelle photo de famille, les 20 chefs d'État et de gouvernement ont entamé les débats sous la houlette du Premier ministre du pays hôte, Shinzo Abe, entouré par Donald Trump et Xi Jinping, duo vedette de ces deux jours.

Dossier:
Sommet du G20 à Osaka (2019) (21)

Lire aussi:

Un rapport remis par le Pr. Raoult il y a 17 ans prédisait le chaos à venir mais le gouvernement l’a ignoré
Un chien tombé dans l’eau glacée refuse d'être sauvé par un homme qui plonge pour lui – vidéo
Cet hôpital parisien a dû recruter des gardes du corps pour protéger les soignants des agressions dans la rue - vidéo
Certains «haïssent» leur propre «incapacité»: quand Pékin recadre Paris sur le Covid-19
Tags:
rencontre, ingérence russe, G20, Osaka, Vladimir Poutine, Donald Trump
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook