Ecoutez Radio Sputnik
    Iran

    Téhéran accepte de parler avec Washington sur l’accord nucléaire, à trois conditions

    © AFP 2019 ATTA KENARE
    International
    URL courte
    L'accord JCPoA sur le nucléaire iranien signé à Vienne (2015) (22)
    10511
    S'abonner

    Un an après la sortie des États-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, Téhéran se dit prêt à des négociations si Washington «lève ses sanctions», «met fin à la pression économique» et «revient à l'accord». Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo reste sceptique.

    L'Iran est prêt à négocier avec les États-Unis s'ils lèvent leurs sanctions et redeviennent partie prenante de l'accord international sur le nucléaire conclu en 2015, a répété dimanche 14 juillet le Président Hassan Rohani, comme le rapporte Reuters.

    «Nous avons toujours cru au dialogue [...] S'ils lèvent les sanctions, mettent fin à la pression économique et reviennent à l'accord, nous sommes prêts à des pourparlers avec les États-Unis dès maintenant et n'importe où», a déclaré M.Rohani, cité par Reuters.

    Dans un entretien accordé au Washington Post, le secrétaire d'État américain Mike Pompeo a écarté la proposition du Président iranien:

    «Le Président Trump prendra évidemment la décision finale. Mais il s'agit d'une voie que l'ancienne administration a empruntée et elle a mené [à l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien, ndlr.] que l'administration actuelle, le Président Trump et moi-même considérons comme un désastre», a annoncé Pompeo au journal.

    Le chef de la diplomatie américaine a par ailleurs confirmé avoir accordé à son homologue iranien, Mohammad Javad Zarif, un visa pour que celui-ci puisse prendre part à une réunion de l'Onu prévue cette semaine au siège de l'institution à New York.

    Accord sur le nucléaire iranien

    Les États-Unis ont quitté unilatéralement l'accord sur le nucléaire iranien de 2015 (JCPoA) et rétabli les sanctions contre Téhéran. L’Iran a décidé de répliquer en s'affranchissant de plusieurs de ses obligations prévues par cet accord de plus en plus fragilisé. Téhéran a ainsi dépassé la limite des 3,67% pour l'enrichissement de son uranium, prévue par cet accord et produit désormais de l'uranium enrichi à au moins 4,5%, un niveau prohibé.

    La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont appelé dans une déclaration commune à une désescalade des tensions au Proche-Orient entre les USA et l'Iran pour préserver l'accord signé à Vienne en juillet 2015.

    Dossier:
    L'accord JCPoA sur le nucléaire iranien signé à Vienne (2015) (22)

    Lire aussi:

    Un ex-colonel de l’Armée de l’air: en Algérie, «il y a une contre-révolution»
    La France va expérimenter dès 2020 une «monnaie centrale digitale»
    Premières dégradations à Paris en marge de la manifestation du 5 décembre - images
    Tags:
    Plan global d'action conjoint (JCPOA), Washington, États-Unis, Téhéran, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik