Ecoutez Radio Sputnik
    Logo de l'Otan

    Ankara risque-t-il d’être exclu de l’Otan en raison des S-400? L’Alliance s’explique

    © Sputnik . Alexei Vitvitsky
    International
    URL courte
    83110

    L’acquisition des systèmes S-400 russes par la Turquie ne remet pas en question son appartenance à l’Otan, a déclaré le secrétaire général de l’organisation, Jens Stoltenberg, en répondant à une question lors de l’Aspen Security Forum.

    Dans le cadre de l’Aspen Security Forum, qui se déroule aux États-Unis du 18 au 21 juillet, un participant a demandé à Jens Stoltenberg si un pays-membre de l'Otan avait souhaité le retrait de la Turquie de l'alliance en raison de l’achat des systèmes russes S-400.

    «La Turquie est un membre important de l’Otan et aucun allié n’a soulevé cette question parce que nous voyons tous que nous dépendons les uns des autres», a répondu le secrétaire général de l’Otan.

    Il a également fait savoir qu’il était inquiet concernant l’expulsion d’Ankara du programme F-35 par Washington.

    Cependant, bien qu’il soit impossible d’intégrer les systèmes S-400 au système de défense antimissile intégré de l’Otan, la participation de la Turquie à l’Alliance ne se limite pas qu’aux S-400 et F-35, a expliqué Jens Stoltenberg. Et d’ajouter qu’Ankara possédait d’autres avions et radars qui continueront à faire partie du système.

    Exclusion d’Ankara du programme F-35

    La Maison-Blanche a confirmé le 17 juillet que Washington ne fournirait pas de chasseurs F-35 à la Turquie en raison de l’achat des S-400. Le Pentagone a pour sa part précisé que les partenaires des États-Unis s'étaient prononcés à l'unanimité pour exclure la Turquie du programme F-35.

    Les spécialistes turcs engagés dans ce programme aux États-Unis quitteront le pays, ont indiqué Ellen Lord, sous-secrétaire à la Défense, et David Trachtenberg, sous-secrétaire adjoint, lors d'une conférence de presse au Pentagone.

    Selon le département de la Défense, la Turquie cessera de participer au programme F-35 en mars 2020.

    La livraison des S-400

    En 2017, Ankara a signé avec Moscou un contrat estimé à plus de 2,1 milliards d'euros pour la livraison de quatre divisions de S-400. La Turquie payera une partie de la transaction et la dette russe couvrira le reste.

    La Turquie est devenue le troisième pays auquel Moscou livre des S-400 Triumph, après la Biélorussie et la Chine. L’Inde devrait bientôt les rejoindre.

    L’achat de missiles antiaériens S-400 a provoqué un scandale de grande ampleur. Les États-Unis ont à ce titre insisté pour que la Turquie achète les systèmes américains Patriot à la place des S-400.

    Lire aussi:

    Macron appelle les Français à se «réconcilier» et dénonce «l'esprit de résignation»
    Un goéland avale un bébé requin vivant – vidéo
    L’Élysée aurait ignoré les renseignements français, qui estimaient qu’un G7 à Biarritz était «la pire» solution
    Tags:
    Jens Stoltenberg, OTAN, Ankara, Turquie, S-400
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik