Ecoutez Radio Sputnik
    Laboratoire médical

    Les petits labos pharmaceutiques entre le marteau et l'enclume

    © Sputnik . Mikhaïl Kireev
    International
    URL courte
    Par
    7714
    S'abonner

    Tous les acteurs du médicament ne sont pas des mastodontes. De petits laboratoires subsistent malgré les nombreuses fusions du secteur. Pour ces derniers, l’internationalisation et l’innovation restent des clefs de leur survie, mais un refus de mise sur le marché d’un traitement peut être très lourd de conséquences sur leur santé financière.

    PharmaMar, un laboratoire espagnol spécialisé dans l’oncologie, a annoncé le 29 juillet une perte record de 21 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année. Avec son chiffre d’affaires de 41,4 millions d’euros (en baisse par rapport aux 66,4 millions d’euros réalisés sur la même période en 2018) et ses 600 employés, l’entreprise galicienne fait figure de poids plume sur un marché international, où l’on est plus habitué à côtoyer des mastodontes tels que les américains Johnson & Johnson et Pfizer, les Suisses Roche et Novartis, le Français Sanofi, pour ne piocher que parmi les plus gros. Sur les places financières, chacun d’entre eux pèse des centaines de milliards de dollars et compte des effectifs moyens d’une centaine de milliers de personnes aux quatre coins du globe.

    Dans le cas de PharmaMar, les déboires financiers se succèdent depuis le veto mis par l’Agence européenne du médicament (AEM) à la commercialisation d’un médicament phare du laboratoire, l’Aplidin, (plitidepsine), censé entraver la progression du myélome multiple, un cancer de la moelle osseuse. En novembre 2004, l’AEM avait octroyé le statut de «médicament orphelin» à ce traitement destiné à traiter les maladies rares (4.000 cas de myélomes multiples sont diagnostiqués chaque année en France, 20.000 aux États-Unis), avant de lui fermer les portes du marché européen en décembre 2017.

    Une décision confirmée en mars 2018. Un revers de taille pour le laboratoire madrilène, qui enchaîne alors les déconvenues en bourse, alors même que plusieurs mois après la confirmation de ce refus des autorités européennes, son homologue australienne (la Therapeutic Goods Administration) lui accordait sa confiance.

    Dans la foulée, en janvier 2019, PharmaMar celait un partenariat avec le groupe hongkongais Luye Pharma en vue de développer et commercialiser en Chine un traitement (lurbinectedin) contre le cancer du poumon. «L’OMS estime que 800.000 nouveaux cas de cancer du poumon seront diagnostiqués en Chine d’ici 2020 et causant près de 700.000 décès», soulignait alors le laboratoire espagnol, soient «plus qu’aux États-Unis, en Europe et au Japon réunis».

    Le développement de traitements innovants: un risque que tous ne peuvent assumer

    Déjà à l’été 2009, le Yondelis (Trabectédine), premier antitumoral de PharmaMar, avait été recalé par les autorités américaines (l’U.S. Food and Drug Administration) et ce malgré son alliance avec Johnson & Johnson, via sa filiale Ortho Biotech, qui depuis 2001 aurait pris à sa charge le financement de la recherche pharmaceutique en échange des droits de commercialisation du futur traitement aux États-Unis et dans le reste du monde (à l’exception de l’Europe et du Japon). Un accord auquel aurait été contraint le laboratoire espagnol, en raison de sa modeste taille.

    Malgré des perspectives de revenus annuels de plusieurs centaines de millions d’euros générés par la commercialisation de ce nouveau traitement du cancer des ovaires, ces attentes étaient jugées «basses» par le laboratoire américain, qui n’aurait alors pas fait de ce projet une priorité. Approuvé huit ans plus tôt (2007) par l’AEM, le traitement reçu finalement l’approbation de l’agence sanitaire américaine à l’automne 2015.

    Un mode de fonctionnement qui reflète la dépendance financière des laboratoires de taille modeste envers les géants du secteur. Paradoxalement, ces laboratoires ont été poussés à l’innovation afin de survivre dans un secteur de moins en moins régulé, alors que le coût du développement de nouveaux traitements ne cesse d’augmenter. Exemple de cette mutation du secteur pharmaceutique qui atteint la France à la fin des années 90 avec le déremboursement des «vieux» médicaments au nom de la réduction des dépenses de santé, non sans conséquences pour pas moins de 200 fabricants.

    Le choix qui s’offre alors aux petits laboratoires est d’«innover ou disparaître», comme le résumera plus tard Les Échos, revenant sur le cas de laboratoires français mis à mal par la fonte de leur chiffre d’affaires sur des produits anciens. Pour ces petits labos, à moins de se positionner sur des domaines thérapeutiques de «niches», tel que la cancérologie, ou de prendre des risques, il reste quasi impossible de faire face à la concurrence des géants du secteur, développe notre confrère du quotidien économique.

    Quand traitement médical rime avec machine à cash

    Les mutations du marché parapharmaceutique ces dernières décennies n’ont pas eu que du bon pour les patients ou les États qui s’engagent à couvrir leurs frais de santé. En témoigne le rachat par Gilead Sciences de Pharmasset, laboratoire spécialisé dans le traitement de l’hépatite C (Sofosbuvir). Une fois le brevet de cette molécule miracle tombé dans son escarcelle, Gilead a alors commercialisé le traitement (sous la marque Sovaldi) à un prix… astronomique: 84.000 dollars par patient aux États-Unis, 41.650 euros à son lancement en France en 2014, contre 705 euros en Inde.

    Un coup dur pour la Sécurité sociale, une marge très confortable pour le laboratoire californien… le coût de fabrication de ce traitement de trois mois étant de 101 dollars, soulignait Nathalie Ernoult, responsable de la campagne d’accès aux médicaments chez Médecins Sans Frontières (MSF).

    Sur le plateau de France 24, au printemps 2016, elle fustigeait la «dématérialisation» de la fixation des prix des médicaments «n’ayant aucun rapport avec le coût de fabrication», répondant en réalité à la «capacité que le marché est prêt à payer» pour se les offrir.

    En somme, une application pure de la loi de l’offre et de la demande. Il faudra ainsi attendre l’arrivée sur le marché des traitements de l’hépatite C de concurrents pour que le laboratoire américain se résigne à baisser ses tarifs et à diminuer d’autant les importants dividendes reversés.

    Tags:
    cancer, oncologie, Sanofi, marché, innovations, médicaments, laboratoire
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik