Ecoutez Radio Sputnik
    Aéroport de Tel Aviv

    L'ambassadeur d’Israël au Panama furieux contre l'aéroport Ben Gourion où il a été arrêté pour interrogatoire

    © REUTERS / Nir Elias
    International
    URL courte
    136010
    S'abonner

    Après que l'ambassadeur d'Israël au Panama, Reda Mansour, a été, selon ses dires, humilié par la sécurité de l'aéroport international Ben Gourion, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a déclaré sur Twitter qu’il avait une «estime profonde pour le travail de l'ambassadeur Mansour qui représente Israël au Panama».

    Le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a posté dimanche 4 août un tweet où il exprime «son estime profonde pour le travail de l'ambassadeur Mansour qui représente Israël au Panama».

    Ce tweet fait écho à la déclaration de l'ambassadeur d'Israël au Panama, Reda Mansour, qui a été, selon ses affirmations, humilié avec sa famille par des agents de sécurité de son propre pays à l'aéroport international de Tel Aviv.

    «Une fois qu'ils ont appris que nous venions d'Isfiya, ils ont demandé à voir nos passeports», a-t-il affirmé.

    Le diplomate, un Druze, travaille pour le ministère des Affaires étrangères israélien depuis 30 ans. Il a affirmé que des responsables de la sécurité de l'aéroport avaient commencé à l'interroger devant l'entrée du bâtiment après avoir appris qu’il était originaire d'Isfiya, un village à majorité druze situé dans le nord d'Israël.

    En réponse à son message, des responsables de l'aéroport ont déclaré dans un communiqué cité par la presse israélienne que les contrôles de sécurité étaient effectués «sans distinction de religion, de race ou de sexe, et de manière équitable».

    «Quand il y a plus de 25 millions de passagers par an, il y en a qui choisissent d'être blessés par une rencontre avec un agent de sécurité qui fait son travail», ont-il souligné.

    Tags:
    communiqué, Israël, Panama, ambassadeur, Benjamin Netanyahu, aéroport, Tel Aviv
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik