Ecoutez Radio Sputnik
    Des migrants

    Les migrants d'Open Arms regagnent finalement la terre ferme à Lampedusa

    © AP Photo / Olmo Calvo
    International
    URL courte
    8823
    S'abonner

    Alors que le navire Open Arms attendait patiemment devant l'île de Lampedusa depuis le jeudi 15 août, les migrants présents à bord ont finalement regagné la terre ferme tard dans la soirée du 20 août. Leur débarquement s'est effectué en application d'une décision de justice italienne.

    Les migrants recueillis en Méditerranée par le navire humanitaire Open Arms ont débarqué mardi soir sur l'île italienne de Lampedusa, en application d'une décision de justice prise compte tenu des fortes tensions à bord après des jours de sur-place à quelques encâblures de la côte, selon l’AFP.

    Après une inspection réalisée par la police judiciaire et deux médecins, le procureur d'Agrigente, Luigi Patronaggio, a décidé que la situation à bord était difficile et que les rescapés devaient être débarqués sur la petite île sicilienne. L'annonce du débarquement a suscité des explosions de joie sur le bateau, selon des vidéos diffusées par des personnes présentes à bord.

    Le bateau comptait 147 migrants à bord à son arrivée jeudi 15 août près de Lampedusa, et un peu plus de 80 après l'évacuation des migrants ayant sauté à l'eau mardi et de plusieurs dizaines de mineurs ou de malades ces derniers jours.

    Madrid a annoncé ce mardi 20 août l'envoi d'un navire militaire à Lampedusa pour récupérer les migrants à bord du bateau, plusieurs s'étant jetés à l'eau dans un geste désespéré pour rallier à la nage l'île italienne.

    Le sort des migrants

    Stationnés depuis plusieurs jours à quelques centaines de mètres des côtes de l'île italienne, ces migrants secourus par l'ONG au large de la Libye se sont vus refuser l'accès de l'île par les autorités italiennes, a indiqué l'AFP.

    Le sort des migrants de l'Open Arms a engagé un bras de fer entre Madrid et le ministre italien de l'Intérieur, Matteo Salvini. La ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, avait qualifié la position du chef de la Ligue de «honte pour l'humanité», affirmant que «les vies humaines ne lui importaient pas».

    Tags:
    Italie, Méditerranée, migrants, Lampedusa
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik