Ecoutez Radio Sputnik
    Golfe Persique

    L’Iran précise la nature de son problème avec les États-Unis

    CC BY 2.0 / Ninara / IMG_6868 Iran
    International
    URL courte
    15634
    S'abonner

    Hassan Rohani a révélé la cause du problème qui oppose l'Iran et les États-Unis. Selon le Président iranien, elle ne réside ni dans l’économique, ni dans le politique, mais a une nature «stratégique» et repose sur «une vision différente du monde».

    Le Président iranien Hassan Rohani estime que les problèmes entre Téhéran et Washington ne sont pas liés à l'économie mais sont de nature stratégique et reposent sur une vision différente de l'ordre mondial.

    «Le problème que nous avons avec les États-Unis est un problème ni économique, ni politique. Le problème est stratégique et repose sur une vision différente du monde», a déclaré Hassan Rohani lors d'un discours prononcé à l’occasion de la Journée de l'industrie de la défense iranienne.

    Selon lui, la paix ne peut être assurée tant que certains pays ne sont pas engagés dans le respect des droits des autres, tout en précisant que l’Iran se trouve dans où une situation dans laquelle il doit mobiliser ses forces.

    Hassan Rohani a toutefois indiqué que Téhéran était prêt à assurer la sécurité du golfe Persique et du détroit d'Ormuz dès que d'autres pays de la région cesseront de vouloir rompre les relations normales établies avec l’Iran. Il s'est également déclaré prêt à coopérer avec les États avec lesquels l'Iran avait des contradictions, et apte à mener un dialogue pour les résoudre.

    Les tensions entre Téhéran et Washington

    Les tensions ne cessent de monter dans la région depuis le retrait américain de l'accord nucléaire iranien, suivi du rétablissement de lourdes sanctions américaines à l’encontre de l'Iran. Ces crispations se sont intensifiées ces dernières semaines, notamment en raison des incidents impliquant des pétroliers dans le Golfe.

    Tags:
    Détroit d'Ormuz, Hassan Rohani, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik