International
URL courte
13332
S'abonner

La demande de suspension des travaux du Parlement pour cinq semaines, formulée ce mercredi 28 août par le Premier ministre britannique Boris Johnson a été satisfaite par le reine Elizabeth II, a annoncé le Conseil privé du Royaume-Uni.

La reine Elizabeth II a approuvé la demande de suspension des travaux du Parlement pour cinq semaines requise par le Premier ministre britannique Boris Johnson, a annoncé mercredi 28 août un communiqué du corps officiel des conseillers de la reine, le Conseil privé du Royaume-Uni.

Selon le communiqué, le Parlement suspendra ses travaux à partir d'une date comprise entre le 9 et le 12 septembre, et jusqu'au 14 octobre, soit deux semaines avant la date prévue du Brexit.

Boris Johnson a annoncé qu'il fixerait au 14 octobre le discours du Trône de la reine qui présentera le programme du gouvernement, marquant l'ouverture officielle de la session parlementaire, a précisé Reuters.

Les députés indignés

Le Parlement restera suspendu pendant cinq semaines, ce qui a provoqué la fureur des opposants. En effet, les députés soupçonnent Boris Johnson de suspendre le Parlement non pas pour annoncer son programme, mais pour limiter leurs chances de bloquer un Brexit sans accord en réduisant le temps de débats.

La nouvelle a été annoncée dans la matinée par Boris Johnson lui-même, alors qu’elle a été qualifiée de «scandale constitutionnel» par le président de la Chambre des communes.

Le Royaume-Uni doit quitter l'UE le 31 octobre. L'accord de divorce conclu entre l'ancienne Première ministre Theresa May et l'UE a été rejeté trois fois par les députés, la poussant à la démission.

Boris Johnson, qui a succédé à Theresa May le 24 juillet, dit vouloir renégocier l'accord. Mais s'il échoue, il a promis que son pays quitterait l'UE quoi qu'il en soit.

Lire aussi:

Valéry Giscard d'Estaing mort des suites du Covid-19
Une syndicaliste policière s’en prend en direct au patron de BFM TV, accusant la chaîne de «mensonge»
Télétravail, une bombe à retardement pour la compétitivité économique des entreprises françaises?
Agriculteur en colère: marre des «écolo-bobos donneurs de leçons»
Tags:
suspension, Union européenne (UE), Brexit, Chambre des communes (Royaume-Uni), parlement, Royaume-Uni, reine Élisabeth II, Theresa May, Boris Johnson
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook