Ecoutez Radio Sputnik
    Hassan Rohani

    «Il y a toujours des exceptions»: des pourparlers entre l’Iran et les USA sont-ils possibles?

    © REUTERS / Abdullah Dhiaa Al-deen
    International
    URL courte
    4142
    S'abonner

    Des négociations entre Washington et Téhéran, auront-ils lieu? Et si oui, sous quelles conditions? Deux parlementaires iraniens, Alaeddin Boroujerdi et Hadi Shushtari, ont livré leur avis à Sputnik.

    L’Iran est ouvert à «toutes formes de négociation» avec «n’importe quel État», mais il y a des exceptions, comme dans le cas des États-Unis qui «ne prêtent pas attention aux intérêts nationaux» de l’Iran, a déclaré à Sputnik Alaeddin Boroujerdi, parlementaire iranien, membre de la Commission sur la sécurité nationale et la politique étrangère. Il a ainsi commenté la récente déclaration d’Hassan Rohani sur des pourparlers éventuels avec Washington.

    «Établir des relations avec d’autres États sur fond des intérêts nationaux du pays est l’un des principes fondamentaux de la politique étrangère iranienne. L’Iran va développer et renforcer des relations bilatérales avec tous les pays, mais il y a toujours des exceptions», a-t-il dit. Et d’ajouter:

    «Dans ce cas-là, ce sont les États-Unis, parce qu’ils ne prêtent pas attention aux intérêts nationaux de l’Iran, ne prennent pas en considération le respect mutuel dans les relations bilatérales et bafouent des normes et lois internationales. Si on parle de l’Europe, ça serait une bonne chose de mener des négociations avec elle. Je dois rappeler que l’Iran est absolument prêt et ouvert à toutes formes de négociation avec n’importe quel État.»

    Téhéran est ouvert aux discussions réelles

    D’après l’autre interlocuteur de Sputnik, Hadi Shushtari, parlementaire iranien, membre de la Commission sur la sécurité nationale et la politique étrangère, l’Iran est prêt à discuter seulement si les pourparlers peuvent être efficaces.

    «Dans son discours, Monsieur Rohani avait mentionné les intérêts nationaux du pays, et si certains sommets et conférences aboutiront à régler des problèmes dans la société, bien entendu, on va contribuer à leur tenue. Si un pays est axé sur des négociations avec l’Iran, on va les organiser. Mais s’il s’agit de négociations réelles et fructueuses, et non d’une rencontre pour une discussion d’experts ou une photo souvenir», a-t-il résumé.

    Rohani répond à Trump

    Donald Trump s'est dit prêt à rencontrer le dirigeant iranien pendant son récent séjour en France. Lors de la conférence de presse finale du G7, le chef d’État américain a déclaré: «Si les conditions étaient réunies, j'accepterais [de rencontrer Rohani, ndlr], mais à l'heure actuelle, ils [les Iraniens, ndlr] doivent devenir de bons joueurs.»

    Réagissant à cette déclaration, Hassan Rohani a souligné qu'il n'était «pas contre une rencontre» si elle contribuait au développement économique de l'Iran. Commentant l'entretien de Javad Zarif avec les diplomates français en marge du G7 le 25 août, le dirigeant iranien a déclaré: «Il faut utiliser tous les moyens pour protéger les intérêts nationaux du pays.»

    Tags:
    Donald Trump, Hassan Rohani, négociations, États-Unis, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik