International
URL courte
7251
S'abonner

Washington s'est montré «assez souple» dans l'attribution de licences pour la vente de pétrole iranien, estime le vice-ministre iranien Abbas Araghchi. Selon lui, c’est le résultat de la «résistance iranienne» face à la politique de «pression maximale» des États-Unis.

Après le sommet du G7 à Biarritz, le vice-ministre iranien des Affaires étrangères a affirmé ce samedi 31 août que les États-Unis s'étaient récemment montrés «assez souples» dans l'attribution de licences pour la vente de pétrole iranien.

«Macron a rencontré [...] Trump au G7 et la partie américaine a fait preuve d'une certaine souplesse dans l'attribution des licences», a déclaré M.Araghchi, cité par l'agence de presse Irna.

«C'est une brèche dans la politique de pression maximale des États-Unis et un succès pour la politique iranienne de résistance maximale», a ajouté le ministre.

Selon le vice-ministre iranien, Téhéran avait proposé aux pays européens d’acheter du pétrole pour les entreprises européennes «en obtenant l’autorisation des États-Unis» ou d’accorder à la République islamique des prêts dont le montant serait équivalent à leurs ventes de pétrole. «Ceux qui n’en bénéficiaient pas pourraient ouvrir des lignes de crédit proportionnels aux ventes du pétrole iranien. Sans ces mesures, le retour de l’Iran vers la réalisation complète du JCPoA  [accord sur le nucléaire iranien, ndlr] ne serait pas possible», a-t-il affirmé.

Tensions entre l’Iran et les États-Unis

En mai 2018, les Etats-Unis sont sortis de l'accord international conclu à Vienne visant à empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire et ont réintroduit de lourdes sanctions qui asphyxient l'économie iranienne. Téhéran a répliqué en s'affranchissant progressivement de certains engagements de l'accord. L'Iran tente depuis de pousser les Européens, qui veulent préserver le pacte, à prendre des mesures pour passer outre aux sanctions américaines, notamment afin de pouvoir exporter son pétrole.

Au lendemain de l'appel à une rencontre entre MM. Rohani et Trump, le Président iranien a appelé à «faire le premier pas», en levant toutes les sanctions contre son pays, jetant un froid sur la possibilité d'une telle rencontre.

Lire aussi:

Macron: «les images de l'agression» du producteur à Paris «sont inacceptables et nous font honte»
Un scientifique nucléaire iranien de haut rang assassiné près de Téhéran - images
Une octogénaire étranglée, dépouillée et enfermée dans un placard, près de Calais
Tags:
Donald Trump, Emmanuel Macron, sommet du G7 de 2019, sanctions contre l'Iran, Abbas Araghchi
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook