Ecoutez Radio Sputnik
    Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu speaks at a news conference in Jerusalem September 9, 2019.

    Téhéran accuse Netanyahou de «crier au loup» après ses propos sur un site nucléaire iranien secret

    © REUTERS / Ronen Zvulun
    International
    URL courte
    17512
    S'abonner

    Alors que le Premier ministre israélien a déclaré que son pays avait établi que les Iraniens ont développé puis rasé de la carte un site nucléaire, le chef de la diplomatie de la République islamique a rétorqué que ces allégations émanaient d’un pays qui détient lui-même l’arme nucléaire.

    Intervenant lundi devant la presse à Jérusalem, le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a accusé l'Iran d'avoir construit puis détruit un site secret visant à la fabrication d'armes nucléaires.

    «Aujourd'hui, nous révélons que l'Iran avait un autre site nucléaire secret», a-t-il déclaré, ajoutant «Nous savons ce que vous faites, quand et où vous le faites».

    Précisant que le site en question se trouvait dans la ville d’Abadé, dans la province du Fars, le chef du gouvernement israélien a affirmé qu’il avait été détruit entre fin juin et fin juillet 2019.

    «Dans ce site, l'Iran a mené des expériences afin de développer des armes nucléaires. Lorsqu'il a réalisé que nous avions découvert ce site, voici ce qu'ils ont fait: ils l'ont détruit, ils l'ont simplement rayé de la carte», a ajouté Netanyahou, exposant les clichés du site pris par satellite.

    Téhéran renvoie la balle

    Le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a rétorqué sur son compte Twitter à ces accusations.

    «Le détenteur de vraies armes nucléaires crie au loup», a-t-il écrit ajoutant que Netanyahou et l’équipe B (qui compte outre le Premier ministre israélien, le conseiller à la sécurité nationale américain John Bolton et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane) voulaient tout simplement une guerre.

    Tags:
    Mohammad Javad Zarif, Benjamin Netanyahu, Iran, Israël
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik