International
URL courte
Attaques de drones contre des installations pétrolières saoudiennes (36)
8317190
S'abonner

Sans évoquer l’Iran, Paris a exprimé sa solidarité avec l’Arabie saoudite qui a subi samedi 14 septembre des attaques de drones contre le plus grand site mondial de transformation de brut.

La France a condamné les attaques de drones menées samedi 14 septembre par les rebelles yéménites Houthis contre des installations pétrolières saoudiennes, qui ont provoqué l'interruption de la moitié de la production de l'Arabie saoudite.

Dans un communiqué, le Quai d'Orsay déplore que de telles attaques ne puissent «qu'aggraver les tensions et les risques de conflit dans la région».

Estimant qu'elles doivent «impérativement cesser», le ministère des Affaires étrangères assure l'Arabie saoudite de la «pleine solidarité» de la France.

Le communiqué n'évoque pas l'Iran, auquel les États-Unis ont imputé les attaques de samedi.

Attaques de drones

Des drones des Houthis yéménites ont visé samedi 14 septembre deux installations stratégiques de la compagnie pétrolière Aramco, à plus d'un millier de kilomètres de Sanaa, la capitale du Yémen contrôlée depuis cinq ans par les Houthis.

Selon le ministre de l'Énergie, le prince Abdoulaziz ben Salmane, cité samedi par la Saudi Press Agency, 5,7 millions de barils par jour sont concernés par l'interruption partielle, soit près de la moitié de la production saoudienne, ou 5% du commerce quotidien mondial du pétrole.

Les États-Unis ont imputé les attaques à l'Iran, ce que la République islamique a nié, dénonçant des accusations «insensées».

Dossier:
Attaques de drones contre des installations pétrolières saoudiennes (36)

Lire aussi:

Un policier a mortellement neutralisé un automobiliste à Marseille
«Une menace pour la démocratie»: Emmanuel Macron s’insurge contre les anti-pass sanitaire
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
Tags:
Iran, Paris, France, Arabie Saoudite, Proche-Orient
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook