Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    «Un grand mensonge»: Damas rejette les allégations US sur une nouvelle attaque chimique en Syrie

    © Sputnik . Mikhail Voskresenskiy
    International
    URL courte
    21795
    S'abonner

    Les récentes déclarations américaines faisant état d'une attaque chimique en Syrie sont «un grand mensonge», a assuré le ministre syrien des Affaires étrangères Walid al-Mouallem dans un entretien accordé à Sputnik.

    Le chef de la diplomatie syrienne Walid al-Mouallem a rejeté les déclarations de la partie américaine qui avait accusé les forces fidèles au gouvernement de Damas d'avoir eu recours aux armes chimiques le 19 mai dernier.

    «C'est un grand mensonge», a déclaré M.al-Mouallem dans un entretien accordé à Sputnik.

    Jeudi 26 septembre, les États-Unis avaient affirmé avoir la confirmation d'une attaque chimique commise par l'armée syrienne dans le gouvernorat de Lattaquié. Selon le secrétaire d'État américain Mike Pompeo intervenant en marge de l'Assemblée générale des Nations unies, les forces syriennes ont utilisé du chlore comme arme chimique.

    M.Pompeo a également promis que cette attaque présumée «ne restera pas sans réponse», sans plus de précisions.

    Moscou a en réponse estimé que les déclarations du secrétaire d'État étaient susceptibles d'entraver le processus de règlement politique en cours en Syrie. La France a pour sa part appelé à faire la lumière sur «l'emploi potentiel d'armes chimiques» dans le nord-ouest du pays.

    Attaques chimiques et représailles occidentales

    En avril 2017, le Président américain Donald Trump a ordonné le tir d'une soixantaine de missiles de croisière sur la base aérienne syrienne d'Al-Shayrat après une attaque au gaz sarin à Khan Cheikhoun dans le gouvernorat d'Idlib imputée par des pays occidentaux aux forces gouvernementales.

    Un an plus tard, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont réalisé des frappes conjointes contre des positions de l'armée syrienne en réaction à une attaque chimique à Douma, dans la banlieue de Damas.

    Le gouvernement syrien a démenti à chaque fois toute responsabilité dans les attaques en question.

    Tags:
    Mike Pompeo, États-Unis, Walid al-Mouallem, armes chimiques, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik