Ecoutez Radio Sputnik
    Turkish President Tayyip Erdogan attends a joint press conference with Serbia's President Aleksandar Vucic after their meeting in Belgrade, Serbia, October 7, 2019

    Erdogan s’en prend à l’UE et menace d’ouvrir les frontières aux réfugiés

    © REUTERS / Djordje Kojadinovic
    International
    URL courte
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (121)
    909165
    S'abonner

    Après que l’Union européenne s’est montrée critique à l’égard de l’offensive lancée le 9 octobre par Ankara dans le nord de la Syrie qui visait des milices Kurdes, Recep Tayyip Erdogan a prévenu que son pays ouvrirait les portes aux réfugiés syriens si l’UE qualifiait l’opération turque d’occupation.

    Le Président turc a critiqué les pays de l’Union européenne qui exigé l'arrêt de l’opération lancée par ses forces armées dans le nord de la Syrie et les a menacés d’ouvrir les portes aux réfugiés syriens.

    «Nous sommes sous la menace d’attaques terroristes et nous avons 3,5 millions de réfugiés syriens qui ne peuvent pas rentrer dans leur pays. Et ceux qui n’ont jamais vu le YPG/PKK (Unités de protection du peuple/Parti des travailleurs du Kurdistan) nous disent : mettez-vous à l’écart. L’UE, réveille-toi enfin. Au sein de l'UE, on n’a jamais été sincère. [...] S’ils disent que cette opération est une occupation de notre part, nous ouvrirons les portes aux réfugiés», a-t-il déclaré lors d'une intervention à Ankara.

    Et de critiquer également les autorités saoudiennes et égyptiennes qui ont également condamné les actes de la Turquie en Syrie.

    «Que l’Arabie saoudite se regarde dans le miroir. Qui a mis le Yémen dans un tel état? Qu’ils en répondent d’abord. Vous n’avez aucun droit de nous dire quoi que ce soit. L’Égypte, qu’elle se taise, [où gouverne] l’homme qui a assassiné la démocratie dans son pays», a ajouté Erdogan.

    Offensive turque

    La Turquie a lancé mercredi 9 octobre une offensive aérienne et terrestre contre les milices kurdes dans le nord-est de la Syrie, baptisée Source de paix. Selon le Président turc, l’opération doit permettre de «créer une zone de sécurité qui permettra le retour des réfugiés syriens» que la Turquie a accueillis sur son territoire.

    Les FDS contrôlent une grande partie du territoire qui était dominé auparavant par Daech* et retiennent des milliers de djihadistes et des dizaines de milliers de leurs proches qui sont en détention.

    Plusieurs pays et organisations internationales ont condamné l’opération turque. Ainsi, l’UE a exigé l'arrêt des opérations.

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Dossier:
    Opération turque dans le nord-est de la Syrie (121)
    Tags:
    réfugiés, Recep Tayyip Erdogan, Union européenne (UE), Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik