International
URL courte
183728
S'abonner

«Ne jouez pas au dur! Ne faites pas l'idiot!»: ce langage fort peu diplomatique est celui employé dans une lettre adressée par Donald Trump à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

La semaine dernière, le Président américain a adressé un courrier atypique à son homologue turc, après le début de l'offensive contre les Kurdes.

«Trouvons un bon accord», suggère M. Trump dans cette missive de quatre paragraphes dévoilée mercredi mais datée du 9 octobre, dont l'authenticité a été confirmée à l'AFP.

Elle a donc été adressée au Président turc le jour où il a lancé ses troupes à l'assaut des Kurdes dans le Nord de la Syrie.

«Vous ne souhaitez pas être responsable du massacre de milliers de personnes, et je ne veux pas être responsable de la destruction de l'économie turque, ce que je ferais (si nécessaire)», écrit le Président américain.

«L'Histoire vous jugera d'un œil favorable si vous agissez de façon juste et humaine. Elle vous considérera à jamais comme le diable si les choses se passent mal», met en garde M. Trump sans autre précision.

«Ne jouez pas au dur! Ne faites pas l'idiot!», conclut le locataire de la Maison Blanche. «Je vous téléphonerai plus tard».

Sanctions américaines

Les États-Unis ont pour leur part décrété des sanctions contre la Turquie pour son opération militaire, notamment contre les ministres turcs de l'Énergie, de la Défense et de l'Intérieur. Leurs éventuels avoirs aux États-Unis sont gelés et leurs transactions internationales en dollars sont bloquées.

L’opération Source de paix, lancée par la Turquie le 9 octobre dans le nord-est de la Syrie, devrait permettre de créer une zone de sécurité à la frontière et assurer le retour de Syriens réfugiés en Turquie, selon le Président Erdogan.

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, plus de 10 morts et 100 blessés - images
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24 h depuis fin avril
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Tags:
lettre, Recep Tayyip Erdogan, Donald Trump, Turquie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook