Ecoutez Radio Sputnik
    Shirakawa-go, image d'illustration

    Après le château de Shuri, un autre site japonais classé au patrimoine mondial de l’Unesco ravagé par les flammes

    CC0 / EllenChan
    International
    URL courte
    9416
    S'abonner

    Quelques jours à peine après l’incendie du château de Shuri, un autre site japonais classé au patrimoine mondial de l’Unesco a été ravagé par les flammes. Il s’agit du village de Shirakawa-go, connu pour ses maisons typiques au toit de chaume.

    La police et les services d’incendie de la préfecture de Gifu, au centre du Japon, ont ouvert une enquête sur un incendie qui a détruit deux petits bâtiments du village de Shirakawa-go, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco pour ses maisons typiques du style architectural gassho-zukuri, qui se caractérise par des toits en chaume très pentus.

    L’incendie s’est déclaré le lundi 4 novembre dans l’après-midi, selon la chaîne de télévision nationale japonaise NHK. Le feu s’est rapidement propagé sur une maison au célèbre toit en chaume avant de s’étendre sur une autre construction à proximité. Les deux bâtiments ont complètement brûlé. Aucune victime n’a été signalée.

    Le village de Shirakawa-go est un ensemble de 55 maisons traditionnelles japonaises construites en bois et en argile, avec différents types de toits composés d’herbe et de paille. Historiquement, des vers à soie y étaient élevés sous le toit. Le site a été inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 1995.

    L’incendie du château de Shuri

    L’incendie de Shirakawa-go intervient moins d’une semaine après celui du château de Shuri, autre site japonais classé au patrimoine mondial de l’humanité. Les flammes ont complètement détruit sept bâtiments, y compris le bâtiment principal. La cause de ce sinistre est encore inconnue. D’après l’enquête, les gardes avaient inspecté les lieux une heure avant le début de l’incendie et aucune irrégularité ou défectuosité du matériel de sécurité n’avait été relevées.

    Le château médiéval de Shuri, situé dans la ville de Naha, dans la préfecture d’Okinawa, remonte au royaume de Ryukyu. Bien que la date exacte de la construction soit inconnue, les ruines les plus anciennes datent de la fin du XIVe siècle. Bombardé par l’aviation américaine en 1945, il a été restauré et a rouvert ses portes aux touristes en 1992. Le complexe architectural a été classé par l’Unesco en 2000.

    D’après le gouverneur de la préfecture d’Okinawa, un premier plan de reconstruction du château devrait être présenté en 2020. Les travaux de reconstruction pourraient prendre jusqu’à 10 ans, selon diverses estimations.

    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik