Ecoutez Radio Sputnik
    Des pompiers (image d'illustration)

    Un Italien orchestre l’explosion de sa ferme pour se dégager de ses dettes et cause la mort de trois pompiers

    CC BY 2.0 / Thomas Bresson / Portes-ouvertes pour les 140 ans des Sapeurs-pompiers de Morschwiller-le-Bas, 7 May 2017
    International
    URL courte
    6427
    S'abonner

    Un italien a entrepris d’échapper à ses dettes en faisant exploser sa propre ferme pour frauder son assurance, mais son plan n’a pas marché comme prévu: trois pompiers sont morts lors de cette «opération» mal gérée, relate le quotidien italien Repubblica.

    Pour couvrir ses dettes, il décide de frauder son assurance et orchestre une explosion dans sa ferme en Italie, relate la Repubblica. Toutefois, son plan n’a pas marché selon ses plans et a amené à des conséquences dramatiques, en causant la mort de trois pompiers.

    Giovanni Vincenti, âgé de 51 ans, a acheté des bouteilles de gaz pour son opération, qu’il a installées dans l’un des bâtiments. L’homme a lancé le minuteur qui aurait dû mener à une explosion, mais le feu s’est déclenché avant cela. De ce fait, les pompiers sont intervenus pour étouffer les flammes. Alors qu’ils opéraient dans le premier bâtiment, le minuteur continuait son décompte dans le bâtiment d’à côté et les soldats à feu auraient pu être sauvés. Mais le quinquagénaire n’a rien dit.

    Ainsi, quand l’explosion s’est produite, plusieurs pompiers se sont retrouvés non loin et trois d’entre eux ont été tués. Qui plus est, deux autres ont été grièvement blessés, ainsi qu’un policier présent sur les lieux.

    Lors d’un interrogatoire qui a duré six heures, Giovanni Vincenti a avoué les faits. Concernant les raisons de son comportement, il n’a rien trouvé d’autre à répondre que de reconnaître qu’il était contrarié, relate le quotidien italien.

    Une enquête a été ouverte pour «incendie criminel, homicides volontaires et blessures volontaires».

    Tags:
    pompiers, morts, explosion, feu
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik